Erdogan s’attaque à Israël et appelle les Musulmans du monde à protéger la mosquée d’Al-aqsa

0
8905

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a tenu des propos très durs à l’encontre d’Israël remettant en cause la liberté de culte dans ce pays suite à un projet de loi visant à interdire les appels à la prière  de l’aube via des haut-parleurs

Erdogan s’attaque à Israël. Le président turc s’est prononcé ce lundi 8 mai sur la loi israélienne qui veut interdire les appels à la prière de l’aube à Jérusalem. Les propos du président turc ont été clairs et nets. Recep Tayyip Erdogan dénonce une décision « honteuse ».

« Un projet de loi, destiné à interdire les appels à la prière du matin, est toujours dans l’attente au parlement israélien. Le fait qu’une telle décision soit inclue dans l’agenda même est une honte. Le fait que ceux qui parlent de liberté de pensée et de culte à tout-va approuvent cette décision en restant silencieux est important à souligner », dit-il.

« Que Jérusalem soit chaque jour sous occupation est une insulte envers nous »

Il ajoute : « Incha’Allah, nous n’autoriserons pas que les prières des paradis de Jérusalem soient réduites en silence. Pourquoi avez-vous peur de la liberté de culte si vous croyez en votre foi ? Je tiens à rappeler les dirigeants israéliens : si vous croyez en la foi, alors pourquoi avez-vous peur du son des prières ? », se demande Erdogan.

Le président turc a également apporté son soutien inconditionnel à la mosquée d’al-Aqsa de Jérusalem qui, selon lui, est occupée par Israël. « En tant que communauté musulmane, nous avons besoin de visiter souvent la mosquée d’Al-aqsa, que Jérusalem soit chaque jour sous occupation est une insulte envers nous ».

« Ils pensent qu’ils sont immunisés de toute punition pour leurs crimes »

Sur le traitement qu’Israël inflige aux Palestiniens, Erdogan pointe du doigt la communauté internationale dont il fustige le silence et estime qu’elle doit condamner les autorités israéliennes. « Ils pensent qu’ils sont immunisés de toute punition pour leurs crimes, mais la communauté internationale doit se lever contre eux. Il est impossible d’instaurer la paix dans la région si le droit international reste indifférent aux massacres et à la cruauté ».

Nous avons appris dans la presse turque que les propos de Recep Tayyip Erdogan ont été prononcés en marge du forum Al-Quds qui s’est déroulé à Istanbul, dans la capitale turque. Néanmoins, le discours du président turc n’est pas passé inaperçu. Il a immédiatement suscité la colère des autorités israéliennes qui ont rappelé l’ambassadeur turc en Israël pour consultation.

« Israël protège rigoureusement la liberté totale de culte »

C’est ce que nous apprend le média israélien, Jerusalem Post qui précise que Kemal Okem a été sommé de s’expliquer sur les déclarations tenues par Erdogan. « Ceux qui violent systématiquement les droits de l’homme dans leurs propres pays ne devraient pas donner des leçons à la seule démocratie de la région. Israël protège rigoureusement la liberté totale de culte pour les Juifs, les Musulmans et les Chrétiens et continuera à le faire malgré les diffamations sans fondement », a expliqué un communiqué du ministère israélien des Affaires étrangères.

Rappelons que le projet de loi interdisant l’usage d’haut-parleurs pendant les appels à la prière de l’aube a été introduit au Knesset en novembre 2016. Le projet de loi avait obtenu l’approbation de Benjamin Netanyahou, actuel premier ministre israélien. Toutefois, il avait suscité la colère des pays voisins, notamment la Jordanie qui, en mars 2017, avait dénoncé une « violation du droit international ».