Investiture d’En Marche ! : la grosse colère de Bayrou pris dans ses propres contradictions

0
7194

François Bayrou a fait part de sa grosse colère à la suite de la publication des investitures d’En Marche ! Il déplore n’avoir obtenu que 35 candidats alors qu’on lui avait promis 120. Pourtant, pendant tout au long de la campagne présidentielle, Bayrou a nié catégoriquement tout accord ou négociation de circonscription avec Emmanuel Macron

La lune de miel n’aura été que de très courte durée. François Bayrou, chef de file du MoDem, a fait part de sa grosse colère à la suite de l’annonce des investitures d’En Marche ! pour les législatives. En effet, tout a commencé ce mercredi à la suite de la publication de la liste des investitures de la République en Marche !

Déçu, le maire de Pau déplore que le parti d’Emmanuel Macron n’ait pas respecté son engagement. Un accord entre le MoDem et République en Marche ! prévoyait en effet  un quart des circonscriptions pour le MoDem et les trois quarts restants pour les candidats d’En Marche !

« Une opération recyclage du PS »

Mais, apparemment, cela n’a pas été le cas et Bayrou est en colère. « Quand je lui ai apporté mon soutien, il était à 18%. Nous l’avons fait élire », s’agace François Bayrou dans une interview accordée à L’Obs. Bayrou se dit d’autant plus contrarié qu’il avait conclu un accord avec Emmanuel Macron avec qui il a déjeuné à Paris la veille. « On était OK », dit-il.

Autre facteur qui contrarie François Bayrou : la surreprésentation des personnalités du PS. Sur ce point, le chef de file du MoDem ne mâche pas ses mots. Il dénonce « une opération recyclage du PS ». « C’est une opération recyclage du Parti Socialiste. La grande lessiveuse. Je ne laisserai pas faire ça ! », a-t-il menacé.

« Je n’ai jamais discuté de circonscription avec Emmanuel Macron »

Bayrou pris dans ses propres contradictions. Le chef du MoDem risque de payer très cher ses incohérences. Car, le 23 février 2017, à la suite de sa rencontre avec Emmanuel Macron, il disait ceci : « on n’a pas eu de négociation. On n’a pas passé son temps à échanger. Ce n’est pas ‘j’achète et tu vends’. Ce n’est rien de tout ça ».

La veille, le 22 avril, invité sur le plateau de France 2, David Pujadas lui demande : « François Bayrou, combien avez-vous obtenu, dans cette négociation, de circonscriptions pour vos proches ? ». A cette question, il rétorque : « je n’ai jamais discuté de circonscription avec Emmanuel Macron ».

« Il n’y a pas eu de négociation de place ou de nombre de place »

2 mai 2017, sur le plateau de Ruth El-Krief, Bayrou se contredit une nouvelle fois. « L’engagement qui a été pris est que nous aurons, MoDem et En Marche !,  les candidats les plus nouveaux qui vont être présentés aux Français ». Ce mercredi, lors de son passage sur le plateau de BFMTV, Christophe Castaner d’En Marche ! confirme qu’il n’y a pas eu d’accord.

« Il n’y a pas eu d’accord d’appareil à appareil quand il se sont vus. Il y avait des grands principes. Sur les grands principes, évidemment nous serons tous mobilisés pour les mettre en œuvre. Une grande éthique qui sera appliquée à tous les parlementaires, mais il n’y a pas eu de négociation de place ou de nombre de place », souligne Castaner.