Affaire Ferrand : Henri Guaino dénonce une chasse à l’homme et dit être un candidat dissident

1
1784

Henri Guaino, membre du parti Les Républicains et candidat aux législatives dans la 2ème circonscription de Paris, a été l’invité de RTL ce mercredi 24 mai 2017. Face au journaliste Yves Calvi, la personnalité de droite a dénoncé une chasse à l’homme dans l’affaire Richard Ferrand, ministre de la Cohésion des territoires épinglé par le Canard Enchaîné dans une affaire d’emploi fictif

Henry Guaino, candidat aux législatives dans la 2ème circonscription de Paris, a été l’invité de RTL ce jeudi 24 mai. Le proche de Nicolas Sarkozy s’est exprimé sur les révélations du Canard Enchaîné concernant les activités professionnelles de Richard Ferrand, ministre de la Cohésion des Territoires, accusé d’avoir favorisé sa femme dans une affaire datant de 2011 et d’être impliqué dans une affaire d’emploi fictif dont son fils a fait l’objet.

Sur la question de savoir si Richard Ferrand doit démissionner, Henri Guaino répond : « c’est à lui d’en juger. Mais, je suis frappé par cette espèce d’hystérie qui, brusquement à partir d’une infirmation dont personne ne connaît réellement les tenants et les aboutissants, conduit à cette espèce de chasse à l’homme ».

« On va finir par détruire la vie politique »

Il ajoute : « je connais Richard Ferrand pour l’avoir côtoyé pendant 5 ans à l’assemblée, c’est quelqu’un d’honnête et de sérieux. Ce n’est pas une affaire d’argent public, ce n’est pas une affaire de marché public. Il appartient au parquet de diligenter une enquête préliminaire. On verra bien, mais en tout cas, pour l’instant, on n’a pas des éléments en main qui justifient qu’il quitte son poste ».

Sur la question d’Yves Calvi de savoir s’il est choqué par ce qui est en train de se passer, Henri Guaino dira : « je suis choqué par cette espèce de folie de la transparence et de l’inquisition. Voilà, je trouve qu’il faut raison garder. Il est important que la vie politique soit morale mais il est important aussi que chacun garde son sang-froid, qu’on accuse pas à tort et à travers  sans avoir les éléments pour le faire ».

Sur la question de savoir si un projet de moralisation de la vie politique prônée par le président Macron est une bonne chose, Henri Guaino répond : « on verra ce qu’il y a dedans. Mais, à force d’en rajouter toujours en jouant sur la suspicion en général qui existe aujourd’hui vis-à-vis des responsables politiques, on va finir par détruire la vie politique ».

« Oui, je suis candidat dissident, bien sûr »

Henri Guaino s’est également prononcé sur son choix de se porter candidat dans une même circonscription que Nathalie Kosciusko-morizet qui est dans la formation politique que lui. Sur ce, il dira : « Nathalie Kosciusko-morizet incarne quelque chose qui est parfaitement légitime que je respecte. Moi, j’incarne autre chose. La même formation politique (LR) est devenue un cartel électoral ».

Yves Calvi lui coupe la parole et lance : « vous êtes un candidat dissident ? ». Henri Guaino confirme : « oui, je suis candidat dissident, bien sûr ». sur le plateau de RTL, Henri Guaino a accusé sa rivale NKM d’avoir un pied dans En Marche ! et un autre dehors.

1 COMMENTAIRE

  1. Personne n’a parlé d’emploi fictif à propos de Ferrand. C’est un cas intéressant de bricolage malveillant de l’information. La presse révèle qu’il a employé son fils 4 mois et ce n’est nié par personne parce que c’est vrai. En plus c’est légal et légitime. Mais que dit l’écho ? Emploi FICTIF. Donc quelqu’un, incompétence ou malveillance, introduit l’idée que le fils n’a pas travaillé et a perçu illicitement des salaires. Pourtant ce n’est même pas sous-entendu dans l’info originelle. Il s’agit bien d’une rumeur, maintenant on dit fake news, c’est à dire de quelque chose inventé de toutes pièces pour nuire. Il faudrait pouvoir tracer l’info à rebours pour voir qui introduit ça, comment et pourquoi. Et dire que les gogos négativistes nourrissent leur nihilisme de ça.