Interview : Poutine révèle comment les USA ont utilisé les terroristes pour déstabiliser la Russie

0
2329

Le président russe, Vladimir Poutine, est revenu sur la guerre secrète que les Etats-Unis mènent contre la Russie depuis plusieurs années. Dans une interview accordée à Oliver Stone, Il a accusé les services de renseignement américains d’avoir soutenu des terroristes dans l’unique but de déstabiliser la Russie

Le président russe n’en finit pas de révéler les intentions des Etats-Unis en Russie. Dans une interview accordée au réalisateur américain, Oliver Stone, Vladimir Poutine a en effet fait savoir que les Etats-Unis ont tenté d’utiliser des terroristes pour déstabiliser la situation politique de la Russie.

Parlant du rôle des Etats-Unis dans la guerre de Tchétchénie, Poutine dira : « à l’époque, nous avions clairement compris que nos homologues américaines parlaient de leur soutien à la Russie, disaient qu’ils étaient prêts à coopérer dans la lutte contre le terrorisme, mais en réalité ils utilisaient ces terroristes pour déstabiliser la situation intérieure de la Russie ».

Le président russe affirme que les Etats-Unis n’ont pas encore renoncé à cette volonté de faire de l’Asie Centrale et du Nord du Caucase un foyer de tension. « Ces idées sont toujours en vie. Malheureusement, les Etats-Unis ont soutenu ces développements. La Guerre Froide est finie il y a longtemps, nous avons de bonnes et transparentes relations avec le monde, avec l’Europe, avec les Etats-Unis ».

« Ceci a été fait publiquement et ouvertement »

Le président russe avoue avoir été déçu par l’attitude des Etats-Unis. « Nous espérions obtenir un soutien, mais à la place de cela nous avons vu comment les services de renseignement américains soutenaient les terroristes », confie Poutine. Dans l’interview, il a révélé que les Etats-Unis ont soutenu les militants présents dans le Nord du Caucase, en région de Tchétchénie, en ignorant les protestations de Moscou.

« Quand nous parlons de soutien en matière d’information et politique, pas besoin de montrer des preuves, ceci était évident pour tout le monde. Ceci a été fait publiquement et ouvertement. Concernant l’aide financière (attribuée aux terroristes, NDLR), nous avons des preuves. Et nous avons transmis ces preuves à nos collègues américains », dit Poutine.

« Et pourtant, on nous rabâche tout le temps que c’est l’opposition »

Le président russe dit avoir informé le président américain de l’époque, le président George W. Bush, en lui fournissant les noms de agents de renseignement américains qui ont travaillé dans la région du Caucase, qui ont fourni du soutien technique et qui ont déployé des militants d’un endroit à un autre. Poutine dit avoir reçu une réponse de Bush lui assurant qu’il s’occuperait de cette affaire.

Quelques mois plus tard, le président russe dit avoir reçu une lettre de la CIA dans laquelle on pouvait lire : « nos collègues ont le droit d’entretenir des relations avec tous les représentants de l’opposition et continueront à le faire ». Pour Poutine, il ne fait aucun doute que ce fut à la fois l’opposition russe mais aussi les organisations terroristes. « Et pourtant, on nous rabâche tout le temps que c’est l’opposition », regrette Poutine.

 « La Russie aurait piraté des systèmes informatiques dans 39 Etats des USA »

Dans son interview, le président russe rejette l’idée que la guerre en Tchétchénie fut une guerre contre la Russie. « La soi-disant guerre en Tchétchénie  a commencé lorsque les gens, les civils à Daghestan (et c’est une république musulmane) ont pris les armes pour résister aux terroristes. Je me rappelle lorsque Daghestan avait déclaré que si la Russie ne voulait pas nous protéger, alors qu’elle nous donne des armes et nous le ferons par nous-mêmes ».

Les révélations de Vladimir Poutine interviennent dans un contexte très tendu marqué une guerre interne sans précédent entre les services de renseignement et l’administration Trump accusée d’entretenir des liens avec des dirigeants russes. Rappelons que les renseignements américains accusent aussi la Russie d’avoir ingéré aux élections présidentielles américaines en piratant des comptes dans 39 Etats américains.