Financement du terrorisme : un accord a été signé entre le Qatar et les Etats-Unis

0
261

Le Qatar annonce avoir signé un accord avec les Etats-Unis dans le but de traquer les financements destinés aux mouvements terroristes. L’annonce a été faite ce mardi 11 Juillet 2017 lors du déplacement de Rex Tillerson, Secrétaire d’Etat américain à Doha, pour trouver une solution à la crise diplomatique entre le Qatar et ses voisins du Golfe

Le Qatar cherche à redorer son blason après avoir été accusé par ses voisins du Golfe de financer le terrorisme. En pleine crise diplomatique avec les pays du Golfe, les autorités qataries ont annoncé ce mardi avoir signé un accord avec les Etats-Unis afin de combattre les financements destinés aux organisations terroristes.

L’annonce a été faite ce mardi par le ministre des Affaires étrangères du Qatar Sheikh Mohammed  Ben Abdourahmane Al-Thani qui précise que l’accord a été signé avec Rex Tillerson, Secrétaire d’Etat américain, en déplacement dans la région afin de résoudre la crise diplomatique entre Doha et ses voisins.

« Le Qatar est le premier pays à signer un accord avec les Etats-Unis »

« Aujourd’hui, le Qatar est le premier pays à signer un accord avec les Etats-Unis. Nous appelons les pays qui ont attaqué le Qatar à signer ce mémorandum », a déclaré le ministre qatari des Affaires étrangères en marge d’une conférence de presse tenue ce mardi avec le secrétaire d’Etat américain.

Pour Rex Tillerson, l’objectif principal des Etats-Unis est de bouter le terrorisme hors du monde. « Ensemble les Etats-Unis et le Qatar feront plus pour traquer les sources de financement du terrorisme, feront plus pour collaborer et partager des informations et feront plus pour maintenir la sécurité dans la région et dans nos pays », a souligné Rex Tillerson.

« Mon rôle est de soutenir les efforts de l’émir du Koweït »

En marge de sa visite, le Secrétaire d’Etat américain a tenu à clarifier que son rôle est de résoudre la crise diplomatique en prêtant attention aux revendications posées sur la table par l’Arabie Saoudite et ses alliés. « Mon rôle est de soutenir les efforts de l’émir du Koweït et du médiateur koweïti afin d’apporter ce que nous pouvons dans les discussions pour aider les deux parties à comprendre pleinement leurs préoccupations et à trouver d’éventuelles solutions », a assuré Tillerson.

Rappelons que l’Arabie Saoudite, le Bahreïn, les Emirats Arabes Unis et l’Egypte avaient rompu leurs relations diplomatiques avec le Qatar ce 5 juin accusant Doha de financer des organisations terroristes dans la région. Les accusations avaient été rejetées par Doha qui dénoncent des allégations mensongères. Depuis, un véritable bras de fer s’est installé. L’Arabie Saoudite avait suggéré une série de demandes au Qatar pour mettre fin à la crise. Le Qatar juge pour sa part que les demandes ne sont pas « réalistes ».