Etats-Unis : la première tentative pour destituer Donald Trump a commencé

0
4699

Brad Sherman, député démocrate, a déclenché ce mercredi l’article de la Constitution permettant de destituer Trump, de plus en plus malmené par les services de renseignement américains

La destitution de Donald Trump reste toujours une possibilité. Après plusieurs mois de bras de fer entre le président américain et les services de renseignement américains qui l’accusent de complicité avec les autorités russes, certains veulent désormais accélérer la procédure, en tentant à tout prix d’obtenir la destitution du 45ème président américain.

Ce mercredi, Brad Sherman, membre du congrès et représentant de Los Angeles, a introduit l’article pouvant permettre de destituer le président américain. C’est la première fois qu’un législateur introduit ce fameux article contre Trump. La décision de Sherman intervient au moment où le parti démocrate est en pleine discussion sur la question de savoir si cela vaut le coût de destituer le président.

« Une entrave à la Justice »

Sur son site, Brad Sherman a expliqué les raisons qui l’ont poussé à prendre une telle décision. Il s’est félicité d’avoir obtenu le soutien d’un autre membre du Congrès, en l’occurrence Al Green. « Nous entamons dorénavant les efforts pour forcer le comité judiciaire de la Chambre à mener une audition sur l’Entrave à la Justice et l’ingérence dans notre élection », a-t-il écrit.

Brad Sherman accuse ouvertement Trump d’entrave à la justice. « Les récentes révélations de Donald Trump Jr. (fils de Trump, NDLR) indiquent que l’équipe de campagne de Trump était heureuse de recevoir de l’aide de la Russie. Il est probable que le président cache quelque chose lorsqu’il a essayé de couper court à l’enquête menée par Michael Flynn. Je crois que ses conversations et le licenciement de James Comey constituent une entrave à la Justice », soutient-il.

« Une ignorance accompagnée d’un refus d’apprendre »

Il a traité Trump d’ « amateur ». « Chaque jour, les Démocrates, les Républicains et le monde entier se disent choqués par ce président amateur américain. Une ignorance accompagnée d’un refus d’apprendre. Une absence de contrôle de soi accompagnée d’un refus de voir son équipe avoir un contrôle sur lui. Nous ne sommes plus surpris par aucun de ses actes, si indignes et si dangereux qu’ils soient pour le pays ».

Il convient de rappeler qu’en Juillet dernier, Al Green, député américain de Texas, avait annoncé avoir entamé l’étude des articles de la Constitution américaine afin d’obtenir la destitution de Donald Trump. Al Green l’avait annoncé à la Chambre des députés ce 17 mai dernier.

« Une destitution qui risque d’être très compliquée »

« Je me lève aujourd’hui avec un sens de responsabilité et de devoir envers les gens qui m’ont élu, un sens de devoir envers ce pays, un sens de devoir envers la Constitution des Etats-Unis d’Amérique. Je me lève aujourd’hui, M. le Président de la Chambre, pour appeler à la destitution du Président des Etats-Unis pour entrave à la Justice », avait-il martelé face à son audience.

La décision de destituer le président Trump n’est toutefois pas bien reçue par l’ensemble de la classe politique américaine. Certains, dont Sarah Huckabee, porte-parole de la Maison Blanche, estiment qu’il s’agit d’une décision « ridicule ». Pour obtenir cette destitution, une majorité de voix est nécessaire. Une situation qui risque d’être compliquée pour les démocrates car la Chambre des représentants est en ce moment contrôlée par les Républicains qui ont 46 sièges de plus que les démocrates.

Pour lire les explications de Brad Sherman sur son site, cliquez ici: Brad Sherman