Scandale en Suisse : un hôtel demande à ses clients juifs de prendre une douche avant la piscine

0
982

Un hôtel juif est sous le feu des critiques après deux notes jugées antisémites adressées exclusivement aux clients juifs de l’établissement. L’affaire a suscité une crise diplomatique entre la Suisse et Israël

Un hôtel suisse crée la polémique. L’hôtel, situé à Arosa dans le canton des Grison dans la région de Plessur, a en effet adressée une note à ses clients juifs qui n’a pas été du goût de la communauté juive. L’hôtel leur demande de prendre une douche avant de se baigner dans la piscine.

La note, écrite par la patronne de l’établissement, s’adressait aux clients juifs en ces termes : « à nos hôtes juifs, femmes, hommes et enfants, s’il vous plait, veuillez prendre une douche avant de vous baigner dans la piscine et après la baignade. Si vous ne respectez pas les règles, je suis obligée de vous fermer la piscine ».

« Notre équipe n’aime pas être perturbée tout le temps »

Et ce n’était pas le seul message adressé aux juifs. Dans une autre note affichée sur un réfrigérateur de l’hôtel, on pouvait lire : « à nos hôtes juifs, vous ne pouvez avoir accès au réfrigérateur que pendant ces heures : 10H00-11H00 et 16H00-17H30. J’espère que vous compreniez que notre équipe n’aime pas être perturbée tout le temps ».

Ces consignes adressées exclusivement aux clients juifs de l’hôtel ne sont pas passées inaperçues. Elles ont immédiatement suscité l’indignation des hôtes. Ruth Thomann, la patronne de l’hôtel, a finalement réagi face à la polémique qui n’a cessé d’enfler. Elle a reconnu avoir utilisé des « mots inappropriés ».

« Un acte antisémite »

« Ce samedi, j’ai fait une note et j’ai utilisé des mots inappropriés. J’ai écrit ‘pour nos hôtes juifs’ et l’un d’entre eux m’a envoyé un mail me demandant de l’enlever », a-t-elle expliqué, ajoutant avoir enlevé ce message offensant ce dimanche. Elle a fait savoir que son établissement reçoit des hôtes juifs depuis 40 ans. « Je ne prendrais pas des clients juifs si j’avais un problème avec eux », se défend-t-elle.

Ses propos n’ont pas suffi à étouffer une affaire qui a suscité une véritable crise diplomatique. Tzipi Hotovely, vice-ministre israélien des Affaires étrangères, parle d’« un acte antisémite ».  Dans un communiqué publié ce mardi, le Ministère suisse des Affaires étrangères dit avoir contacté Jacob Keidar, l’ambassadeur d’Israël en Suisse, pour réitérer sa ferme condamnation au « racisme, à l’antisémitisme et à la discrimination de toute forme ».