Agacé par le PS, Hamon menace de « tout balancer sur la campagne de Hollande et Ségolène »

0
1437

Le bras de fer entre Benoît Hamon et le PS s’accentue. Accusé par le PS d’avoir mal géré ses comptes de campagne, l’ex candidat du Parti Socialiste à la présidentielle menace de « tout balancer sur les campagnes de François Hollande et Ségolène Royal »

Benoît Hamon menace de tout balancer. Accusé d’avoir mal géré ses comptes de campagnes, l’ex candidat PS pour la présidentielle            en a ras-le-bol des critiques venant des autorités du Parti Socialiste. C’est en tout cas ce que le révèle le média français, Canard Enchaîné.

« Si vous continuez, on balance toute la vérité sur la campagne présidentielle de Ségolène Royal et de François Hollande. Et on en connaît beaucoup », aurait-déclaré Benoît Hamon, de plus en plus critiqué par des personnalités du Parti Socialiste qui ont encore du mal à digérer la cuisante défaite du PS à la dernière présidentielle française.

« Julien Dray demande des comptes à Hamon »

La première personnalité socialiste à avoir demandé des comptes à Hamon a été Julien Dray, porte-parole du PS. En effet, dans une interview accordée à LCI ce 9 août, Julien Dray avait déclaré : « il faut lui en demander. Oui, c’est normal. C’est la moindre des règles. Vous dépensez de l’argent qui ne vous appartient pas, qui appartient pour une part aux militants du Parti Socialiste ou qui va être gagé sur le patrimoine du PS ».

Et d’ajouter : « donc, c’est la moindre des choses que de pouvoir venir s’expliquer. (…) Il y a un audit à faire, correcte et honnête. (…) C’est beaucoup de sous pour un résultat très modeste ». Le lendemain, le 10 août, trois membres de l’équipe de campagne (Régis Juanico, Mathieu Hanotin et Bastien Recher) ont immédiatement réagi.

« Les chiffres sont têtus et disent le contraire »

« (…) Que reproche-t-on à Benoît Hamon ? D’avoir trop dépensé ? Les chiffres sont têtus et disent le contraire. Le niveau des dépenses du candidat socialiste au premier tour est inférieur à celui des principaux candidats des élections de 2007 et de 2012. (…) Enfin, nous n’avons en aucune manière à rougir de l’argent perçu et utilisé. Benoît Hamon est le seul candidat à avoir fait le choix très net de publier la liste intégrale de ses grands donateurs », avaient-ils souligné dans les colonnes de Libération.

L’équipe de campagne de Benoît Hamon ajoute : « depuis la publication officielle des comptes de campagne, il apparaît qu’il est le candidat dont le ratio argent dépensé-voix gagnée est le plus mauvais. Oui, Benoît Hamon a dépensé 6,58 euros par voix gagnée quand Emmanuel Macron n’en a dépensé qu’1,9 ».

« C’est une débilité profonde ! »

Les proches de Hamon n’ont rien lâché. Ce jeudi, dans une interview publiée par le Nouvel Obs, Bastien Recher, ex-secrétaire administratif de la campagne de Benoît Hamon, s’est expliqué sur cette affaire. « C’est une débilité profonde ! Idem quand Julien Dray sous-entend que cette campagne a dû coûter au maximum 10 millions, pas 15 ».

Bastien Recher estime que c’est un niveau normal pour le candidat d’un grand parti. « D’une part, c’est un niveau tout à fait normal pour le candidat d’un grand parti. Et d’autre part, François Hollande en 2012 et Ségolène Royale en 2007 ont dépensé  respectivement 20 et 22 millions d’euros. Certes, ils étaient au second tour, mais ils n’ont pas dépensé 8 ou 9 millions dans l’entre-deux tours », a-t-il précisé.