Benoît Hamon : « j’ai perdu la présidentielle parce que je suis redevenu le candidat du PS »

0
23360

Benoît Hamon, candidat malheureux du Parti Socialiste (PS) à la présidentielle 2017,  a accordé une interview à Reporterre.net publié ce 23 septembre 2017. Il a répondu à de nombreuses questions sur l’actualité politique française

En marge de la manifestation du 23 septembre contre la réforme de la loi Travail, Benoît Hamon, chef de file du Mouvement du 1er Juillet et ex candidat malheureux du PS à la présidentielle de 2017, a accordé une interview exclusive à Reporterre.net. Il a expliqué sa décision de manifester au côté de Jean-Luc Mélenchon de la France Insoumise.

A la question de savoir pourquoi il a manifesté avec la France Insoumise, il a répondu : « parce que la priorité, c’est le retrait des ‘ordonnances travail’. On n’est pas encore au stade de l’unité à gauche au sens pragmatique. Mais, je souhaite que la gauche dialogue à nouveau. La première étape est de réaliser l’unité de celles et de ceux qui pensent que ces ‘ordonnances travail’ sont mauvaises ».

Benoît Hamon est revenu sur l’expression « coup d’Etat social » employée par Jean-Luc Mélenchon pour dénoncer la réforme de la loi travail. A la question de savoir s’il est d’accord avec cette expression, Hamon dira : « Non, je n’ai pas envie de me rallier à des slogans qui reposent par ailleurs sur une stratégie et une doctrine que je ne partage pas en tous points. Une fois qu’on a dit qu’on était contre les ‘ordonnances travail’, il se pose la question de savoir ce qu’on ferait si nous gouvernions (…) ».

« Nous avons fait des erreurs tactiques et stratégiques »

Benoît Hamon est également revenu sur sa cuisante défaite à la présidentielle. Il reconnaît que des « erreurs tactiques et stratégiques » ont été commises. « Nous avons fait des erreurs tactiques et stratégiques. Mais, l’erreur n’est pas le projet politique que nous avons apporté. La seule idée nouvelle de l’élection présidentielle retenue par les Français est celle du revenu universel », explique-t-il.

A la question de savoir si ce ne fut pas une erreur de ne pas s’allier avec la France Insoumise et les Verts lors de la présidentielle, il rétorque : « ah, moi, j’ai moins perdu à discuter avec Mélenchon, à discuter avec les Verts, que perdu du temps à discuter avec mon propre parti et avec les membres du gouvernement qui voulaient que j’abandonne mon projet ».

« J’ai gagné la primaire parce que je représentais le moyen de sanctionner le PS »

Et d’ajouter : « ils voulaient que je fasse de la place pour tout le monde dans une sorte de jeu de dupe dans lequel personne ne voulait venir. Quand j’entends les commentaires sur ma campagne, les plus grands reproches qu’on me fait portent sur la séquence Mélenchon et sur la séquence verte. Dans mon quotidien de candidat, la séquence PS a été plus longue et beaucoup plus énergivore que les deux autres. J’ai gagné la primaire parce que je représentais le moyen de sanctionner le PS. J’ai perdu la présidentielle parce que je suis redevenu le candidat du Parti Socialiste ».

A la question de savoir s’il regrette d’avoir quitté le PS, la réponse de Hamon est assez surprenante. « La question qui se pose est s’il n’aurait pas fallu le faire plus tôt », dit-il. Et d’ajouter : « (…) Tout ce qui nous a ramené d’une manière ou d’une autre à l’Appareil nous a nui. Tout ce qui nous a éloignés nous a rapprochés des Français ».

Pour l’interview dans son intégralité, cliquez ici : Reporterre.net