Rachida Dati sur RMC : « Edouard Philippe et Bruno Le Maire se donnent en spectacle en se reniant »

0
2283

Rachida Dati, députée européenne et maire du 7ème arrondissement de Paris, a été l’invitée de Jean-Jacques Bourdin sur le plateau de Bourdin Direct de ce mardi 3 octobre. La députée a répondu à de nombreuses questions sur l’actualité française, notamment sur la menace terroriste qui pèse sur la France

Sur la question de Bourdin de savoir s’il fallait garder l’état d’urgence, Rachida Dati répond : « l’état d’urgence ne peut pas être un état permanent. (…) On a changé d’ère, on a changé d’époque ». Elle affirme qu’il y a deux volets manquants dans la loi anti-terroriste : le volet prison qui, selon elle, « n’est absolument pas mentionné dans le texte » et le volet « prévention de la radicalisation ».

« On méprise l’administration pénitentiaire que moi j’ai fortement soutenue »

Face à Jean-Jacques Bourdin, l’ex garde des Sceaux a dénoncé les conditions de travail des gardes pénitentiaires. « (…) Sur les prisons aujourd’hui, on méprise l’administration pénitentiaire que moi j’ai fortement soutenue lorsque j’étais garde des Sceaux. On les méprise alors qu’ils font un boulot formidable au mépris de leur sécurité. Moi, je suis choquée  que Monsieur Edouard Philippe n’aille jamais dans un établissement pénitentiaire (…) ».

Rachida Dati s’est également exprimée sur la situation en Catalogne. « La Catalogne, c’est le symptôme de l’Europe qui se disloque. On est focalisé sur la Catalogne, mais vous avez vu aussi ce qui se passe en Italie avec la Ligue du Nord, en Grande-Bretagne avec le Pays de Galles. C’est partout en Europe, cette dislocation. Nous avons trois élus indépendantistes à l’Assemblée Nationale », rappelle-t-elle.

« Moi, je suis contre l’indépendance de la Catalogne »

Rachida Dati poursuit : « (…) On refuse de plus en plus en Europe aujourd’hui ce principe de solidarité parce que la Catalogne dit aussi : ‘on est une région riche et on ne veut plus être solidaire’ ». A la question de savoir si elle soutient le gouvernement de Madrid, elle dira : « Moi, je suis contre l’indépendance de la Catalogne. On ne peut pas accepter cette dislocation européenne. Ça n’est pas possible. Après, il y a des violences policières qu’on ne peut pas accepter ».

Rachida Dati, soutien de Laurent Waquiez, a également répondu à la question de savoir si elle est favorable à l’exclusion de tous les républicains et membres de l’UDI qui collaborent avec Emmanuel Macron. « Si je parle du point de vue du statut, Oui. Statutairement, il faudrait qu’ils soient exclus ». L’ex députée dit déplorer le manque de loyauté d’Edouard Philippe et de Bruno Le Maire. « Ils se sont exclus eux-mêmes, ils se donnent en spectacle en se reniant eux-mêmes », a-t-elle déclaré s’adressant à Le Maire et à Edouard Philippe.

Pour suivre l’émission dans son intégralité, cliquez ici : RMC