Jordanie : l’Arabie Saoudite et les Emirats auraient tenté un coup d’Etat contre le roi Abdallah

1
4261

Le roi Abdallah de Jordanie a ordonné l’arrestation de trois personnalités de l’armée, membres de sa famille. Selon plusieurs médias, ces dernières étaient en train de préparer un coup d’Etat

Un coup d’Etat se prépare-t-il en Jordanie? Rien ne permet de le dire pour le moment, mais une chose est sûre: rien ne va plus entre le roi Abdallah de Jordanie et des membres de sa famille qui servent dans l’armée. C’est en tout cas ce qu’ont révélé des médias du Proche-Orient dont Tehran Times et Alaraby.co.uk ce samedi 30 décembre.

D’après Tehran Times, le roi a en effet ordonné l’arrestation de ses deux frères et d’un cousin. Les personnes arrêtées ont été identifiées. Il s’agit du Prince Faisal Ben Hussein, le Prince Alin Ben Hussein et le Prince Talal Ben Muhammad. Tehran Times nous apprend que le roi Abdallah de Jordanie a été alerté par ses services de renseignement que ces trois hommes étaient en communication avec des dirigeants saudiens et émiratis: Mohamed Ben Salman de l’Arabie Saoudite et Mohamed Ben Zayed des émirats.

La même information a été confirmée par Alaraby.co.uk qui révèle que le roi Abdallah leur a envoyé une lettre les notifiant de leur limogeage de l’armée. « Etant donné que l’institutionnalisme est la base du travail de l’armée jordanienne, le pilier sur lequel repose la modernisation, le développement et la restructuration (du pays), il a été nécessaire que l’on vous envoie à la retraite anticipée comme vos frères de l’armée », précise la lettre.

« Un limogeage qui intervient dans un contexte particulier »

Toujours d’après Alarabiya.co.uk, le Prince Ali Ben Hussein a servi dans les forces spéciales et au sein de la garde royale. Il a reçu le titre honorifique de Général de la part du roi Abdallah. Quant au Prince Talal Ben Muhammed, il a d’abord servi au côté du numéro de l’armée avant de recevoir le titre de Général major de l’armée.

L’armée jordanienne a refusé de commenter. Une chose est sûre: l’arrestation de ces autorités militaires très proches du roi Abdallah intervient dans un contexte très tendu au Moyen-Orient, marqué par l’arrivée du prince héritier Mohamed Ben Salman et une confrontation verbale sans précédent entre d’une part l’Arabie Saoudite et le Qatar et d’autre part l’Arabie Saoudite et l’Iran.