Jamie Dimon, patron de la banque JP Morgan : « Macron aurait évité le Brexit »

0
1390

Le patron de la banque JP Morgan, Jamie Dimon, a fait l’éloge de Macron au Forum Economique Mondial de Davos. Il estime que le président français, élu après le Brexit, aurait pu permettre d’éviter la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union Européenne (UE)

Le patron du JP Morgan encense Emmanuel Macron. Jamie Dimon, numéro 1 du JP Morgan, a en effet fait savoir que le président français aurait pu empêcher le Brexit (sortie de la Grande-Bretagne de l’Union Européenne) s’il avait été à la tête de la France (avant le référendum sur le Brexit).

Les déclarations de Jamie Dimon ont été tenues à Davos où se tient en ce moment le Forum Economique Mondial. Parlant aux personnalités présentes à Davos, il dira : « si vous aviez eu cela (Macron, ndlr) avant, vous auriez pu maintenir la Grande-Bretagne dans l’Union Européenne et réformer l’Union Européenne qui mettait mal à l’aise les Britanniques ».

Parlant de Macron, Jamie Dimon a fait savoir que le président français est « pro-business, pro-réforme au sein de l’UE » et voulait réparer « certaines choses qui ont poussé les Britanniques à être en colère contre l’UE ». Jamie Damon a également ajouté que le Brexit pourrait provoquer la perte importante d’emplois en Grande-Bretagne.

« Macron veut une France prospère »

Le patron de JP Morgan estime que plus de 4 000 emplois pourraient disparaître. « Si nous ne pouvons pas trouver des règles réciproques et il y a beaucoup de personnes qui sont en colère que la Grande-Bretagne quitte l’Union Européenne (…), ceci pourrait signifier la perte de plus de 4 000 emplois », a-t-il déclaré.

Il est important de rappeler que la participation d’Emmanuel Macron a été largement commentée dans la presse internationale. Le président français, qui a lu un discours en anglais, a mis les intérêts de la France en avant. Parmi ses objectifs : « construire une France qui soit prospère et ouverte au reste du monde mais aussi une France capable de reconnaître et de s’allier à ceux qui ont été oubliés et abandonnés par la mondialisation ».