Crypto-monnaie : en Italie, la plateforme BitGrail a perdu 170 millions de dollar

0
2020

BitGrail, plateforme d’échange de monnaies virtuelles basée en Italie, vient de perdre 170 millions de dollars

La monnaie virtuelle fait encore parler d’elle. Moins de deux semaines après le vol de plus de 500 millions de dollars en crypto-monnaie au Japon, c’est autour de l’Italie de subir le même sort. BitGrail, plateforme d’échange basée en Italie, vient de perdre 170 millions de dollars. C’est en tout cas ce qui a été annoncé par les médias ce samedi et confirmé par BitGrail.

Dans un communiqué publié sur son site ce 9 février, BitGrail écrit : « BitGrail tient à informer ses clients que des transactions non autorisées ont mené à la perte de 170 millions de dollar en Nano, un montant qui font partie du portefeuille géré par  l’entreprise BitGrail, Inc. Aujourd’hui, une plainte concernant ces fraudes a été déposée auprès des autorités compétentes et l’enquête est en cours ».

« Cette procédure est indispensable pour la sécurité des clients »

Le communiqué ajoute : « nous informons (nos clients) que d’autres devises ne sont pas affectées. Afin de mener des vérifications, toutes les activités seront temporairement suspendues (y compris les retraits et les dépôts). Cette procédure est indispensable pour la sécurité des clients ».

Rappelons que cet incident intervient moins d’un mois après une arnaque spectaculaire dont a été victime la plateforme japonaise de monnaie virtuelle, CoinCheck. Des mesures avaient été immédiatement prises par l’entreprise pour éviter le pire, avant d’annoncer le lendemain que les clients 260 000 clients concernés seront remboursés.

Il convient de souligner que les monnaies courantes sont devenues un souci majeur pour les institutions financières, en raison de l’absence de sécurité qui favorise de plus en plus de vols et la volatilité de leurs valeurs sur le marché financier. D’ailleurs, la Bank of America, le JP Morgan et la Citigroup ont interdit à leurs clients d’acheter des monnaies virtuelles avec leurs cartes virtuelles.