Présidentielle en Libye : Saïf al-Islam, fils de Mouammar Kadhafi, annonce sa candidature

0
963
Image processed by CodeCarvings Piczard ### FREE Community Edition ### on 2018-03-19 09:47:04Z | | ÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿúi6ÿ

Saïf al-Islam, fils de l’ex président libyen Mouammar Kadhafi, a l’intention de se présenter à la présidentielle libyenne de 2018. C’est ce qu’a annoncé son parti le Front Populaire Libyen ce lundi 19 mars 2018 en Tunisie

Sept ans après la mort de Mouammar Kadhafi, un autre Kadhafi veut diriger la Libye. Et ce n’est autre que Saïf al-Islam Kadhafi, fils de Mouammar Kadhaffi. C’est en tout cas l’information qui a été donnée par le média britannique The Telegraph qui cite des sources locales. L’information a été confirmée par le média libyen LibyanExpress

D’après le média libyen, Saïf al-Islam a annoncé sa candidature depuis la Tunisie par le truchement de son porte-parole Ayman Abou Ras. Ce dernier l’a annoncé lors d’une conférence de presse durant laquelle le porte-parole du fils de l’ex dirigeant libyen a dévoilé les plans d’action de Saïf al-Islam.

Ce dernier veut en effet réconcilier un pays fortement divisé depuis la chute du régime de Kadhafi en 2011. Saïf al-Islam cherche aussi à être accepté par les Libyens afin de pouvoir reconstruire le pays. Toujours d’après LibyanExpress qui cite le porte-parole, Saïf al-Islam veut une Libye dirigée par un seul président et dotée d’un seul gouvernement.

« Saïf al-Islam se trouve dans un lieu sûr »

D’après The Middle East Eye, un autre média du Moyen-Orient spécialisé dans le monde arabe, Saïf al-Islam se trouve dans un endroit sûr en Libye et ne tardera pas à s’adresser au peuple libyen dans un futur proche. Toutefois, le porte-parole a catégoriquement refusé de préciser l’endroit où se trouve le fils de l’ex dictateur libyen.

Rappelons que Saïf al-Islam, à l’encontre de qui la CPI (Cour Pénale Internationale) avait lancé un mandat d’arrêt international, avait été condamné à mort par contumace par un tribunal de Tripoli en 2015. Il a été libéré de prison en juin 2017 après qu’une loi d’amnistie a été votée par un parlement situé dans l’est du pays.