SNCF : « Macron applique la feuille de route de la Commission Européenne », dit Mélenchon sur RMC

0
302

Jean-Luc Mélenchon, chef de file de la France insoumise, a été l’invité de Jean-Jacques Bourdin ce 22 mars 2018. Sur le plateau de Bourdin Direct, de nombreux sujets ont été abordés, notamment la forte manifestation de ce jeudi qui a rassemblé des milliers de grévistes et l’épineux dossier de la SNCF

Face à Jean-Jacques Bourdin, Mélenchon n’a pas raté sa cible. Il a accusé Macron d’avoir appliqué la feuille de route de la Commission Européenne. « (…) On entre dans un moment de souffrance. (…) Les gens vont souffrir parce qu’ils vont perdre des journées de salaires pour faire la grève pour défendre qui la SNCF, qui le service public dont vous et moi nous bénéficions », déplore-t-il.

« Il n’y a pas d’autre moyen que de créer ce rapport de force »

Mélenchon ajoute : « ensuite, parce que la vie quotidienne de millions de gens va être aussi perturbée par la grève. Il faut assumer de le dire. Oui, ça va être difficile. Et nous faisons tout ça parce quelqu’un, le président de la République, a décidé de mettre en œuvre, en application rien d’autre que la feuille de route de la Commission Européenne. »

A la question de savoir s’il faut créer un rapport de force avec le gouvernement, il répond : « que faire d’autre, monsieur Bourdin? Nous sommes en démocratie. Il y a eu un vote. Nous ne sommes pas en monarchie. Nous n’avons pas élu un monarque. Par conséquent, il n’y a pas d’autre moyen que de créer ce rapport de force. »

Mélenchon appelle à la mobilisation générale. « Il ne faut pas laisser ceux qui se battent tous seuls. Il ne faut pas laisser les cheminots tous seuls, le service public tout seul. Nous avons besoin d’une démonstration de force collective ». Le chef de file de la France insoumise propose l’idée d’une « grande marche ».

« Il faut arrêter de faire peu aux gens avec la dette »

Pour Mélenchon, la thèse du gouvernement sur le statut des cheminots ne tient pas. « On nous a dit que c’est le statut le problème. Ce n’est pas moi qui l’ai inventé. C’est le gouvernement. En quoi, c’est le problème ? En quoi, c’est le statut des cheminots qui est responsable des milliards de dette ? Non ! »

Sur les 50 milliards de dette de la SNCF, Mélenchon dira : « quand vous dites 50 milliards de dette de la SNCF, tout le monde se tire les cheveux. (…) Il fallait mettre en face des dettes, des actifs. (…) Alors, c’est quoi les actifs de la SNCF ? Rien. Les billets de  train ? Non.  (…) il faut arrêter de faire peu aux gens avec la dette. »

Pour regarder l’interview dans son intégralité, cliquez ici : RMC