Accord nucléaire iranien : Trump lâche Macron pour séduire Israël

0
2975
WASHINGTON, DC - APRIL 24: U.S. President Donald Trump (L) and French President Emmanuel Macron (R) hold hands during a state arrival ceremony at the South Lawn of the White House April 24, 2018 in Washington, DC. Trump is hosting Macron for a two-day official visit that includes dinner at George Washington's Mount Vernon, a tree planting on the White House South Lawn, an Oval Office meeting, a joint news conference and a state dinner. (Photo by Alex Wong/Getty Images)

Trump se retire de l’accord nucléaire. Le président américain a annoncé ce 8 mai le retrait des Etats-Unis de l’accord nucléaire signé en 2015 entre l’Iran et cinq puissances politiques (Etats-Unis, Grande-Bretagne, France, Chine et Russie). L’annonce de cette décision lourde de conséquences a été faite depuis la Maison Blanche.

Avant d’annoncer le retrait, le président américain s’est durement attaqué à l’Iran qu’il a accusé de financer le terrorisme. « Le régime iranien est le premier sponsor du terrorisme dans le monde. Il exporte des missiles dangereux, provoque des conflits au Moyen-Orient et soutient des milices tels que le Hezbollah, le Hamas, les Taliban et Al-Qaida », a-t-il déclaré.

Parlant de l’accord, le président américain a adopté un ton très peu diplomatique. « En théorie, le soi-disant ‘Accord iranien’ était censé protéger les Etats-Unis et nos alliés de la folie d’une bombe nucléaire iranienne, une arme qui mettra en danger la survie du régime iranien (…). Donc, j’annonce ici que les Etats-Unis se retirent de l’accord nucléaire iranien».

Dans son discours retransmis en direct, Donald Trump cite son allié de toujours : Israël. En effet, il cite les services de renseignement israéliens qui, selon lui, ont obtenu des preuves probantes que l’Iran ment aux nations occidentales et qu’il poursuit activement son programme d’enrichissement nucléaire.

Contrairement à beaucoup, je n’ai pas été surpris par l’annonce d’une telle décision. Depuis sa campagne présidentielle de 2016, Trump n’a jamais caché son désaccord sur ce sujet. D’ailleurs, en 2015, dans une interview accordée à Fox News, il disait ceci : « je pense que l’accord est absolument horrible pour nous, mais c’est aussi vraiment, vraiment mauvais pour Israël ».

Les positions de Trump sur l’accord nucléaire sont connus de tous et en conséquence sa décision annoncée ce 8 mai n’est pas une surprise pour ceux qui suivent ses interventions su l’accord iranien deux  ans. Aujourd’hui, en ce 9 mai, au lendemain de l’annonce, la question à se poser est celle-ci : comment expliquer la décision du 45ème président des Etats-Unis ?

Ma lecture de la situation est double. D’abord, il faut comprendre que Trump est en train de traverser une crise politique sans précédent aux Etats-Unis. Il est en guerre contre l’Etat profond (The Deep State) et il a complètement perdu le contrôle des Etats-Unis. Sa politique intérieure est décriée, sa politique étrangère est sabotée, son administration est plongée dans une guerre interne, le FBI et la CIA l’accusent d’avoir noué des contacts avec la Russie de Poutine, ses propos sont tirés de leurs contextes par les médias notamment CNN et Washington Post.

Pour vous donner une idée de la grave crise que traverse Donald Trump, son avocat Michael Cohen a aujourd’hui les mains liées et ne peut plus exercer ses fonctions. Son bureau situé à Manhattan a été perquisitionné en avril dernier dans le cadre d’une enquête sur un supposé lien entre Trump et Stormy Daniels, actrice pornographique. Si à cela, on ajoute les démissions au sein de son administration, on comprend vite que Trump est politiquement fini.

Face à une telle situation, Trump a besoin, pour assurer sa survie, d’un soutien fort. Et ce soutien ne peut venir que d’Israël. Une stratégie qui commence à porter ses fruits car à la suite de l’annonce du retrait des Etats-Unis de l’accord nucléaire, Benjamin Netanyahou, premier ministre israélien, a salué une « décision courageuse ».

« Israël soutient pleinement la décision courageuse de rejeter l’accord nucléaire désastreux avec le régime terroriste iranien. Israël s’est opposé à cet accord nucléaire depuis le début car nous disons qu’au lieu de bloquer la marche de l’Iran vers l’obtention d’une bombe nucléaire, cet accord balise la voie à l’Iran pour l’obtention d’un arsenal nucléaire », s’est réjoui Netanyahou ce  mardi.

Ma seconde lecture de la situation est que la décision de Trump de se retirer de l’accord nucléaire est un coup de massue pour l’Europe et il faut oser le dire, ce fut un revers pour le président français Emmanuel Macron, considéré aujourd’hui comme le capitaine d’une Europe désaxée, en perte de vitesse, qui chavire et qui a du mal à faire rêver.

Emmanuel Macron s’est en effet rendu aux Etats-Unis ce 23 avril pour une visite officielle. Macron qui jouit d’une très belle réputation en Europe a été reçu en grande pompe à Washington par Trump, un homme avec qui il entretient des relations très chaleureuses.

Je tiens à  rappeler que Donald Trump a été son hôte lors des festivités du 14 juillet 2017. Et le président américain lui a renvoyé l’ascenseur, en faisant du président français le premier chef d’Etat à être reçu à la Maison Blanche pour une visite officielle.

Au-delà de l’aspect glamour, la visite de Macron avait une importance capitale pour  le président français. Le plus jeune président de la Vème République espérait en effet convaincre son homologue américain pour qu’il ne se retire ne pas d’un accord que Macron a jugé « solide, robuste et vérifiable ».

Pour éviter à tout prix un retrait des Etats-Unis de cet accord historique, Macron est allé jusqu’à en proposer un second. « Nous souhaitons pouvoir désormais travailler sur un nouvel accord avec l’Iran. On ne déchire pas un accord pour aller vers nulle part, on construit un nouvel accord  plus large », avait lancé le président français en marge d’une conférence de presse mardi 24 avril.

Le président français ne savait peut-être pas que le locataire de la Maison Blanche avait déjà pris sa décision et était prêt à l’annoncer ce 8 mai. L’annonce de cette décision a été d’autant plus dure pour Macron qu’il n’a pas même pas été informé par Trump ce 8 mai. En diplomatie, ceci passe mal et à Macron d’en tirer toutes les conséquences.

En prenant une décision lourde de conséquence,  Trump a dû faire d’énormes sacrifices : lâcher un allié de taille (la France) pour séduire un Etat (Israël) qui peut lui assurer sa survie politique. Et c’est exactement ce qu’il a fait ce 8 mai.

Edito signé : Cheikh DIENG, rédacteur en chef et fondateur du site d’information www.lecourrier-du-soir.com basé à Paris

Email : cheikhdieng05@gmail.com