Venezuela : en colère après la victoire de Maduro, Trump interdit l’achat de la dette du pays

0
854
Republican presidential candidate, businessman Donald Trump speaks during the Fox Business Network Republican presidential debate at the North Charleston Coliseum, Thursday, Jan. 14, 2016, in North Charleston, S.C. (AP Photo/Chuck Burton)

Donald Trump a annoncé, dans un décret, des mesures très sévères à l’encontre du Venezuela, après la victoire de Nicolas Maduro lors de la présidentielle de ce 20 mai 2018

Des sanctions très sévères contre le Venezuela. Le président américain, Donald Trump, a annoncé ce lundi des mesures très sévères contre le régime de Nicolas Maduro. Le président américain, dans un communiqué publié par la Maison Blanche, a en effet interdit la vente des dettes du Venezuela.

« J’ai pris des mesures pour empêcher que le régime de Maduro procède  à la ‘vente au rabais’, en liquidant les avoirs du Venezuela, des avoirs dont le pays a besoin pour reconstruire son économie », peut-on lire dans le communiqué du président. « Cet argent appartient au peuple vénézuélien », ajoute Trump.

D’après Bloomberg, le décret signé par le président Trump englobe toutes les transactions comprenant les dettes dues au Venezuela ou aux entreprises publiques. Le décret interdit également la vente, le transfert de toute garantie de capitaux. L’annonce de cette décision intervient au lendemain de l’élection de Nicolas Maduro, comme président du pays. Une élection qui divise.

« Des élections entachées d’irrégularités ? »

En effet, ces dernières heures, le CNE (Conseil National Electoral) a publié les résultats officiels de la présidentielle. D’après le CNE, le président Maduro a obtenu 6 190 612 voix. La réélection de Nicolas Maduro divise fortement le pays. Partisans et opposants se regardent désormais en chien de faïence.

Ce lundi, en marge d’une conférence de presse, Jorge Rodriguez, chef de commando de campagne de Simon Bolivar, a parlé d’une « immense victoire pour la démocratie vénézuélienne ». Face à la presse, il a sévèrement critiqué le Droite vénézuélienne qu’il accuse d’avoir un « déficit profond en matière de démocratie ». Pour sa part, le Frente Amplio, parti d’opposition, refuse catégoriquement de reconnaître la victoire de Maduro.

Rappelons que ces élections ont eu lieu dans un contexte particulier, marqué par une crise économique profonde que traverse le Venezuela depuis presque une décennie. Le pays est paralysé par une hyperinflation et une crise humanitaire sans précédent. En novembre dernier, le Venezuela n’a pas pu rembourser une dette de 4 milliards de dollars. Le pays croule sous une dette de 65 milliards de dollars, ce qui met les créanciers dans tous leurs états.