François Ruffin sur RTL : « Emmanuel Macron est dans un sentiment de toute-puissance »

0
454

François Ruffin, député France insoumise de la Somme, a été l’invité de Jean-Jacques Bourdin ce jeudi 24 mai. L’homme politique s’est prononcé sur plusieurs sujets de l’actualité française, notamment la situation de la SNCF qui paralyse le transport sur l’ensemble du territoire français

Le député de la France insoumise s’est prononcé sur l’effigie très polémique d’Emmanuel Macron, une balle dans la tête brandie par les militants du parti lors de la « Fête à Macron ». A la question de savoir s’il s’agit là d’un acte de violence condamnable, François Ruffin répond : « c’est de la violence symbolique. En tout cas, je ne me reconnais pas dans cette démarche. (…) Je ne le ferais pas ».

Et d’ajouter : « il y a dans la politique d’Emmanuel Macron non seulement de l’injustice mais une arrogance de l’injustice. Elle est affichée, elle est presque proclamée. Quand on vient vous annoncer dans Forbes, le magazine des milliardaires, la suppression de l’exit taxe et en même temps, on vous dit qu’il n’y aura pas d’argent dans les hôpitaux, voire qu’il va falloir en économiser (…). Sa suppression (de l’exit taxe, ndlr) va nous coûter aux environs de 800 millions d’euros. Ce n’est pas rien »

Il accuse Macron de tout concentrer. « Emmanuel Macron concentre tout. Il est dans un sentiment de toute-puissance. (…) Il assume une verticalité du pouvoir totale. Quand il vient à des comparaisons avec Napoléon, voire avec le Roi, il y a là quand même quelque chose d’un petit peu stupéfiant ».

« Je n’ai jamais remis en cause la légitimité de Macron »

A la question de savoir s’il remet en cause la légitimité de Macron, François Ruffin précise : « je n’ai jamais remis en cause la légitimité de Macron sortie des élections. Maintenant, la démocratie, ce n’est pas un processus qui est figé, qui se déroule une fois tous les cinq ans ». Le député de la France insoumise s’est aussi prononcé sur le congrès convoqué en juillet à Versailles.

Il dit ne pas être sûr d’y aller. « Je ne pense pas, mais ça sera décidé en réunion de groupe. L’an dernier, j’étais fermement pour ne pas y aller, mais voilà, on verra… », explique-t-il. Le député de la France insoumise s’est exprimé sur la question de la SNCF. Il dit être favorable au retrait de la réforme supprimant le statut des cheminots.

« La vie, elle doit être faite d’incongruité »

« Moi, ce que je reproche à ce projet de loi, c’est toujours la même chose. Il nous parle de la concurrence, de la concurrence, de la concurrence à 86 reprises. Pas une seule fois, il nous parle de réchauffement, pas une seule fois il nous parle de climat, pas une seule fois il nous parle de biodiversité (…) », déplore-t-il.

A la question de savoir s’il sera un jour candidat à la présidentielle, il rétorque : « il ne faut jamais insulter complètement l’avenir, mais je n’en sais rien. Ça me paraît très incongru mais la vie, elle doit être faite d’incongruité ».