Crise au parti LR : « Wauquiez est dans l’intimidation, dans la menace », dit Virginie Calmels

0
1186

Virginie Calmels, ex vice-présidente du parti Les Républicains (LR), est revenue sur sa relation avec Laurent Wauquiez, actuel chef de file des Républicains. Une relation très inamicale et marquée par des moments de très fortes tensions

Rien ne va plus entre Virginie Calmels et Laurent Wauquiez. En effet, dans une interview accordée au Point et publiée ce 12 juillet, l’ex vice-présidente du parti Les Républicains, est revenue sur une rencontre avec Wauquiez, chef de file du parti LR. Une rencontre qui a failli mal finir.

Cette réunion dont elle parle a eu lieu au mois de mars. Virginie Calmels venait ainsi de critiquer sévèrement sur twitter le Front National de Marine Le Pen qui appelait à voter pour un candidat LR dans une élection législative partielle à Mayotte. Calmels évoque une « scène très violente ».

« Tu es tarée d’avoir fait un twitte comme ça ! »

« Je suis convoquée le mardi suivant pour une réunion en tête-à-tête dans son bureau. C’est une scène très violente. Il est dans l’intimidation, dans la menace. Le ton monte très fort, cela ne se termine pas bien », raconte l’ex vice-présidente du parti Les Républicains qui dit avoir, depuis lors, cessé de communiquer avec Laurent Wauquiez.

Dans le bureau de Wauquiez, le président du parti LR lui fait savoir clairement qu’il désapprouve son twitte. « Tu es tarée d’avoir fait un twitte comme ça ! », lance Wauquiez très en colère. Une scène que Calmels a du monde à oublier. En un moment, elle pensait que Wauquiez en allait venir aux mains.

« Il m’inquiète »

« J’ai cru qu’il allait en venir aux mains. De ce jour, nos relations deviennent électriques. Je décide de ne plus lui parler et de ne communiquer que par écrit avec lui. On entre dans un rapport inamical. J’ai la boule au ventre rien qu’à l’idée d’aller dans son bureau. Je me dis qu’il peut être d’une grande brutalité et sans limites, il m’inquiète », confie-t-elle.

Rappelons que les relations entre Virginie Calmels et Laurent Wauquiez se sont fortement détériorées ces derniers mois. Les deux divergent profondément sur la ligne que doit suivre le parti. D’ailleurs, en juin dernier, dans une interview  accordée au Parisien, Virginie Calmels regrettait qu’il n’y ait pas eu de débat préalable sur le choix du très controversé tract « Pour que la France redevienne la France ».

« Laurent Wauquiez veut d’abord défendre ses propres idées »

Parlant du tract, elle disait : « j’ai surtout déploré qu’il n’y ait pas eu de débat préalable sur ce document, nous plaçant devant le fait accompli. Le slogan ne me pose pas de problème. Mais, la page 2, sur le risque terroriste, les immigrés, la délinquance…c’est exactement la rhétorique de ceux qui jouent sur les peurs pour se faire élire. Et puis, on ne peut pas réduire les problèmes de la France à ces seules questions ».

Parlant de Laurent Wauquiez, Virginie Calmels n’y va pas de main morte. Elle accuse ouvertement Wauquiez de défendre sa propre ligne. « Laurent Wauquiez veut d’abord défendre ses propres idées, même si elles ne sont pas adaptées à tous. Il estime que sa victoire à la tête du parti a validé sa ligne », regrettait-elle.

Trois jours après son interview avec le Parisien, commencent les ennuis pour elle. En effet, le 20 juin, après l’annonce de son limogeage du parti (limogeage le 17 juin), elle a été interdite d’accès au siège du parti LR alors qu’elle venait chercher ses affaires. Des affaires qu’elle retrouvera dans un carton à l’accueil.