Crise diplomatique: l’Arabie Saoudite interdit à ses citoyens de se soigner au Canada

0
296
(FILES) - A handout file picture released by the Saudi Press Agency (SPA) on March 26, 2015 shows Saudi Defence Minister Mohammed bin Salman (L) and Second Crown Prince and Interior Minister Mohammed bin Nayef (R) arriving for a meeting with Saudi air forces officers to discuss plans and developments of the military operations against Yemen. Saudi Arabia's King Salman on April 29, 2015 named his powerful interior minister, Prince Mohammed bin Nayef (R), as heir in a major shakeup that also saw King Salman's son, Prince Mohammed bin Salman (L), who is in his early 30s, be named deputy crown prince. Prince Salman retains his position of defence minister, in which he has recently played a key role in a Saudi-led coalition conducting air strikes on Yemeni rebels. AFP PHOTO/SPA/HO == RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO/SPA/HO" - NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS ===HO/AFP/Getty Images

En pleine crise diplomatique avec le Canada, l’Arabie Saoudite interdit à ses ressortissants (vivant au Canada) de suivre leurs traitements médicaux dans les hôpitaux de ce pays

A la guerre comme à la guerre. Deux jours après la crise diplomatique entre l’Arabie Saoudite et le Canada, la colère de Riyad ne faiblit pas. Désormais, l’Arabie Saoudite interdit aux ressortissants saoudiens vivant au Canada de ne plus bénéficier de soins médicaux dans ce pays.  C’est du moins ce qui a été révélé par le média qatari, Al-Jazeera.

D’après Al-Jazeera qui cite l’agence de presse saoudienne (Saudi Press Agency), l’Arabie Saoudite a cessé d’acheminer les patients saoudiens vers des hôpitaux canadiens. Le média qatari précise que cette décision émane des autorités saoudiennes. Pour l’heure, on ignore le nombre de patients concernés.

« Cette position négative et surprenante est totalement fausse »

Cette décision intervient deux jours après la crise diplomatique qui oppose l’Arabie Saoudite au Qatar. En effet, ce 6 juillet, le gouvernement saoudien avait déclaré l’ambassadeur du Canada en Arabie Saoudite persona non grata avant de l’expulser de son territoire. L’Arabie Saoudite avait également rappelé son ambassadeur à Ottawa.

En effet, Riyad reproche au Canada son ingérence dans les affaires du pays. Rappelons que le Canada faisait pression pour que l’Arabie Saoudite libère des activistes saoudiens. Riyad reprochait à Ottawa sa mauvaise foi dans le traitement médiatique accordé à cette affaire.

« Cette position négative et surprenante de la part du Canada est totalement fausse. Les droits (des personnes arrêtées, ndlr) n’ont pas été bafoués et ces mêmes droits ont été respectés durant tout le procès », précisait un communiqué publié par le Bureau du Procureur saoudien et cité par le média saoudien Arab News.

« La Canada cherche à normaliser ses relations avec l’Arabie Saoudite »

Le communiqué ajoute: « ceci est une transgression flagrante et inacceptable à l’encontre des lois et des procédures juridiques ainsi qu’une violation de l’exercice de l’autorité judiciaire du royaume saoudien. Dans sa longue histoire, l’Arabie Saoudite n’a pas accepté et n’acceptera jamais une intervention dans ses affaires internes (…) ».

L’Arabie Saoudite est restée ferme sur sa position. En effet, ce mardi, le conseil des ministres du royaume a, une nouvelle fois, rejeté les arguments du Canada sur la question des activistes arrêtés. Le Canada, pour sa part, tente de normaliser ses relations avec le royaume saoudien. D’après Arab News, Ottawa est en contact avec les Emirats Arabes Unis et la Grande-Bretagne afin de trouver une issue à la crise.