Etats-Unis : la guerre est déclarée entre Donald Trump et son ministre de la Justice

0
78

Les relations entre Trump et son ministre de la Justice, Jeff Sessions, ne risquent-elles pas de se briser ? Dans une interview accordée à Fox News, Trump dit n’avoir pas apprécié le travail de celui qu’il a lui-même nommé à la tête du Département de Justice

Aux Etats-Unis, le président Trump est de plus en plus marginalisé et risque de se battre tout seul pour assurer la survie de sa présidence. En effet, quelques heures seulement après la condamnation de Michael Cohen et de Paul Manafort, respectivement son ex avocat et son ex directeur de campagne, le président américain s’en prend désormais à Jeff Sessions, son ministre de la Justice.

En effet, dans une interview accordée à Fox News et diffusée ce jeudi, Trump ne décolère pas. « J’ai nommé un ministre de la Justice qui n’a jamais rien contrôlé. Jeff Sessions n’a jamais pris le contrôle du ministère de la Justice. C’est un truc incroyable », a dénoncé Trump.

« C’est un jour triste »

Le président américain dit n’avoir pas compris l’attitude de Sessions dans le cadre des enquêtes sur une éventuelle collusion avec la Russie. « C’est un jour triste. Jeff Sessions s’est lui-même récusé de l’enquête, une chose qu’il n’aurait pas dû faire ou il aurait dû me prévenir. Même mes ennemis disent que Jeff Sessions aurait dû m’informer qu’il allait se récuser et ainsi je ne l’aurais pas nommé », s’agace Trump.

Quelques heures après la diffusion de l’interview, Sessions réplique. Dans un communiqué, il s’est défendu. « Tant que je serai ministre de la Justice, les décisions du ministère de la Justice ne seront pas influencées indécemment par des considérations d’ordre politique. Je demande le respect de notre justice et si ce n’est pas le cas, je prends une décision (…) ».

« J’ai pris le contrôle du ministère de la Justice le jour de mon investiture »

Et d’ajouter : « j’ai pris le contrôle du ministère de la Justice le jour de mon investiture, ce qui fait que nous avons obtenu un succès sans précédent dans l’application de l’agenda du président, un agenda qui garantit la sécurité et les droits du peuple américain, qui réduit les crimes violents, qui met en vigueur nos lois en matière d’immigration, qui relance la croissance économique et qui garantit les libertés religieuses ».

Rappelons que cette guerre des mots entre Trump et son ministre de la Justice intervient dans un contexte politique extrêmement tendu pour le président américain de plus en plus isolé et qui risque la destitution.

Ce vendredi, il a répondu à Jeff Sessions dans un twitte lui demandant de mener une enquête sur des scandales de corruption notés dans le camp adverse, notamment chez Hillary Clinton, James Comey…