Présidence Assemblée : Pour Bourdin, le retrait de Yaël Braun-Pivet est une « honte pour Macron »

0
398

Jean-Jacques Bourdin a réagi à la décision de la députée Yaël Braun-Pivet de retirer sa candidature pour la présidence de l’Assemblée nationale. L’animateur de l’émission Bourdin Direct parle d’une « honte pour Emmanuel Macron »

Jean-Jacques Bourdin ne cache pas sa déception après l’annonce de Yaël Braun-Pivet de se retirer de la course pour la présidence de l’Assemblée. Pour l’animateur de Bourdin Direct, cette décision est une « honte pour Emmanuel Macron ». C’est ainsi qu’il l’a en tout cas interprétée ce vendredi sur  BFMTV.

« Dites-moi, c’est honteux ! », lance Bourdin. Et d’ajouter : « c’est vraiment, franchement honteux. Elle préside la Commission des Lois. Ce n’est pas elle qui présidait la Commission d’Enquête sur l’affaire Benalla ? (…) Madame Braun-Pivet a laissé une drôle de marque de la République. Quelle honte ! Elle est encore députée et elle va être présidente du groupe LREM ? Ben, évidemment ! Mais, c’est une honte pour le président de la République ».

Rappelons que Yaël Braun-Pivet a annoncé le retrait de sa candidature ce vendredi 7 septembre. Une décision qui a surpris plus d’un. En effet, face à la presse, elle a précisé qu’elle n’a subi aucune pression de l’Exécutif pour laisser la place à Richard Ferrand, un proche de Macron pressenti pour occuper ce poste.

« Je n’ai subi aucune pression »

« Personne ne m’a demandé de retirer ma candidature. Je n’ai subi aucune pression et c’est vraiment une décision qui m’est personnelle et qui ne m’a été imposée par personne. Je n’ai eu de pression ni de contact d’absolument personne », a-t-elle déclaré face aux journalistes.

L’annonce du retrait de sa candidature suscite l’étonnement car ce jeudi 6 septembre, sur le plateau de RTL, elle confirmait sa volonté de candidater au poste de président de l’Assemblée nationale et excluait catégoriquement l’hypothèse de céder la place à Richard Ferrand.