« La prochaine crise financière sera pire que la Grande Dépression », alertent les économistes

0
403

Les analystes financiers américains prédisent une prochaine crise financière d’ici la fin du mandat de Trump et estiment qu’elle sera pire que la Grande Dépression de 1929

Tous les indicateurs indiquent le retour très prochain d’une prochaine crise financière. C’est en tout cas ce qu’expliquent de nombreux économistes américains qui s’inquiètent sérieusement de la situation actuelle de l’économie mondiale. Pour certains, cette crise financière pourrait se produire d’ici la fin du mandat de Trump

« Nous pensons que les grandes économies sont au bord d’une récession pire que celle que nous avons connue il y a dix ans », alerte Murray Gunn, patron de Global Research à l’Institut International Elliot Wave. Et d’ajouter : « il suffit juste que l’économie américaine commence à montrer des signes de faiblesse pour que les hauts niveaux nominaux de la dette deviennent instantanément un sérieux problème ».

Et les chiffres parlent d’eux-mêmes. En effet, en 2008, la dette des ménages étaient à 13,3 mille milliards de dollar. Aujourd’hui, elle a augmenté de 9 mille milliards de dollar de plus. En 2008, la dette étudiante aux Etats-Unis était estimée à 611 millions de dollar. Aujourd’hui, elle se situe à 1,5 mille milliards de dollar.

« Une dette mondiale estimée à 247 mille milliards de dollar »

En 2018, le crédit auto se situe à 1,25 mille milliards de dollar. Le plus inquiétant dans tout cela est qu’aujourd’hui, la dette mondiale se situe à 247 mille milliards de dollar, soit 177 mille milliards de plus qu’en 2008. D’après les économistes, c’est presque deux fois plus que la taille de l’économie mondiale.

« Nous ne pourrons pas l’appeler une récession. Elle sera pire que la Grande Dépression. Les Etats-Unis sont dans une situation pire qu’il y a dix ans », a fait savoir l’économie Peter Schiff qui prédit une grave crise financière d’ici la fin du mandat de Donald Trump, actuel président des Etats-Unis.

Pour lire l’article du New York Post, cliquez ici : New York Post