Emmanuel Maurel quitte le PS : « Hollande est le principal responsable de l’échec du PS », dit-il

0
134

Emmanuel Maurel, ex leader de l’aile gauche du PS (Parti Socialiste), a annoncé qu’il quittait le parti ce jeudi dans une interview accordée au Monde. L’ex homme politique socialiste regarde désormais vers la France insoumise (LFI)

Emmanuel Maurel quitte le PS. Le leader de l’aile gauche du Parti Socialiste (PS) a annoncé sa décision de quitter le PS dans une interview accordée au journal Le Monde. Dans l’interview, l’homme politique de gauche dit ne plus vouloir se mentir. Il estime en effet que le PS ne « correspond plus qu’il s’était faite du socialisme ».

« Mieux vaut partir plutôt que de se mentir à soi-même et aux autres. Le PS ne correspond plus à l’idée que je me fais du socialisme. Son but, c’est la défense des intérêts des gens modestes. La stratégie pour répondre à cet objectif, c’est le rassemblement des forces de gauche. Le PS a perdu de vue l’objectif et la stratégie », a-t-il dénoncé.

A la question de savoir ce qui a motivé sa décision, Emmanuel Maurel rétorque : « je n’ai pas supporté que les principaux dirigeants du PS accréditent la thèse ‘deux gauches irréconciliables’, ni qu’ils mènent une politique qui n’a pas contribué à l’amélioration des conditions de vie matérielles et morales des gens qu’ils sont censés représenter ».

« Hollande est le principal responsable de l’échec du PS »

Emmanuel Maurel d’ajouter : « ce double échec aurait dû être analysé. Non seulement ils n’ont pas tiré les leçons du quinquennat calamiteux de François Hollande, mais certains contribuent à se réfugier dans le déni jusqu’à voir dans son principal instigateur un potentiel sauveur ! ».

Dans l’interview accordée au journal Le Monde, Emmanuel Maurel accuse François Hollande d’être le principal responsable de l’échec du PS. « C’est le principal. Il était à la tête de l’Etat, et il a mené, en notre nom, une politique qui a tourné le dos à nos engagements et à nos principes. Je ne veux pas être au PS le jour où il investira François Hollande comme candidat. »

« La Hollandie a fait la courte échelle à Emmanuel Macron »

Et de poursuivre : « la Hollandie a fait la courte échelle à Emmanuel Macron : il était leur créature. Les mêmes qui ont contribué à cet avènement (…). La social-démocratie européenne a failli. Elle a été incapable d’incarner une résistance au néolibéralisme triomphant ».

L’ex leader de l’aile gauche du PS sait déjà où il va déposer ses valises : chez la France insoumise. « Considérer que LFI est infréquentable, c’est stupide, et c’est se condamner à l’impuissance. Je suis pragmatique. Jean-Luc Mélenchon a fait près de 20% des voix à la présidentielle de 2017, son mouvement est en dynamique, son programme attractif. Il faut faire avec eux ce travail de convergences », a-t-il fait savoir.