Espagne : la mairie de Barcelone demande l’abolition de la monarchie espagnole

0
103
<> on June 19, 2014 in Madrid, Spain.

La mairie de Barcelone a voté ce vendredi 26 octobre l’abolition de la monarchie espagnole

Le bras de fer entre indépendantistes et constitutionnalistes est loin de prendre fin en Espagne. En effet, une année après la déclaration unilatérale de l’indépendance de la Catalogne du 27 octobre qui avait avorté, les relations entre séparatistes et Etat espagnol restent très tendues au moment où des voix se lèvent en faveur d’une résolution politique de la crise.

Ce vendredi 26 octobre, à la veille de la célébration de la déclaration d’indépendance du 27 octobre, la mairie de Barcelone prend une décision qui fâche Madrid. En effet, la mairie a voté pour l’abolition de la monarchie espagnole. Dans la presse, on parle d’une initiative lancée par le parti séparatiste CUP et qui a obtenu le soutien de BComu, parti politique auquel appartient Ada Colau, actuelle maire de Barcelone et deux autres partis indépendantistes (PDeCat et ERC).

D’après El Pais, le vote a recueilli 29 voix sur 41. Le parti Ciudadanos a boudé la salle. Le Parti Populaire et le Parti Socialiste Catalan ont, quant à eux, demandé à prendre la parole pour s’opposer à ce vote, mais en vain. Dans la presse, des informations ont été fournies sur les raisons ayant motivé ce vote.

« Le roi pointé du doigt »

En effet, d’après El Pais, la CUP et les formations politiques qui ont voté ce texte accusent la monarchie espagnole et plus particulièrement le roi d’avoir avalisé la violence policière lors des affrontements ayant survenu le 1er octobre 2017, date à laquelle les indépendantistes avaient voulu voter un référendum sans l’aval du gouvernement central de Madrid.

Le vote de la Mairie ne passe pas inaperçu. En effet, le gouvernement espagnol, dirigé par Pedro Sanchez, contestera cette décision auprès du Tribunal Constitutionnel. Rappelons que le 11 octobre dernier, le Parlement catalan avait également voté en faveur de l’abolition de la monarchie accusant le roi de s’être rangé du côté du gouvernement lors des violences du 1er octobre.