Attaque antisémite à Pittsburgh : Israël appelle à contrôler internet

0
40

Moins d’une semaine après les attaques de Pittsburgh qui ont fait 11 morts dans une synagogue aux Etats-Unis, les autorités israéliennes appellent à réguler la toile pour freiner la propagation des discours de haine et de l’antisémitisme

Israël conseille au gouvernement américain de réguler le net. C’est en tout cas ce qui sort de l’interview que Ron Demer, ambassadeur d’Israël à Washington, a accordée à la radio Show Host. Pour le diplomate israélien, la régulation du net permettrait de lutter contre la propagation des messages de haine. Il réagissait à l’attaque de Pittsburgh.

« Je vais vous dire, Mark, qu’en Israël nous contrôlons internet. Maintenant, nous sommes un pays différent. Vous avez des protections constitutionnelles et je sais que vous êtes de grands défenseurs de la constitution. J’espère que les autorités américaines vont trouver un moyen conformément aux lois et aux droits constitutionnels pour contrôler le net », a fait savoir Ron Demer.

Pour le diplomate israélien, il n’y a aucun doute que les réseaux sociaux sont responsables de la montée de l’antisémitisme dans le monde. Dans l’interview accordée à la radio Show Host, l’ambassadeur israélien est clair et net : sur le net, les antisémites construisent leurs communautés de haine comme ils n’ont jamais pu le faire avant.

« L’un des plus grands mouvements étudiants est antisémite »

« Je pense qu’il y a de plus en plus de personnes qui vont sur les réseaux sociaux et étant donné la montée du nombre de groupes de haine, je pense que ça devient dangereux. Et les réseaux sociaux leur ont donné un sens de la haine ». Dans l’interview, Ron Demer a refusé de faire un quelconque lien entre la propagation de l’antisémitisme et le discours de Donald Trump.

Pour Ron Demer, les antisémites ne viennent pas seulement de l’extrême-droite et des mouvements nazis. « L’un des plus grands mouvements étudiantes est antisémite. Et ces antisémites ne sont pas toujours des néo-nazis qu’on trouve dans les universités. Ils viennent de la gauche radicale. Nous devons faire face à l’antisémitisme, qu’il vienne de la gauche ou de la droite », a-t-il martelé.