« Troïka de la Tyrannie » : les Etats-Unis déclarent la guerre à Cuba, au Venezuela et au Nicaragua

0
97

John Bolton, conseiller de Donald Trump à la sécurité nationale des Etats-Unis, a annoncé ce jeudi 1er novembre une série de sanctions contre Cuba, le Venezuela et le Nicaragua. Trois pays d’Amérique Latine qu’il a ouvertement qualifiés de « Troïka de la tyrannie »

L’administration Trump durcit le ton face à trois pays d’Amérique Latine. En effet, ce jeudi, dans un discours prononcé à Miami, le conseiller de Donald Trump à la sécurité nationale, John Bolton, s’en est sévèrement pris à Cuba, au Venezuela et au Nicaragua. Trois pays d’Amérique Latine qu’il a qualifiés de « Troïka de la Tyrannie ».

« La Troïka de la tyrannie, ce triangle de la terreur qui s’étend de La Havane à Managua, est la cause d’une immense souffrance humaine, l’élan d’une énorme instabilité régionale et la genèse d’un sordide berceau du communisme dans l’hémisphère ouest », a déclaré John Bolton.

« Défendre l’Etat de droit, la liberté et la dignité humaine »

Dans son discours, le conseiller de Donald Trump à la sécurité nationale des Etats-Unis est droit dans ses bottes. Il a en effet fait savoir que les Etats-Unis, sous Donald Trump, s’engagera à prendre des sanctions contre ces trois régimes afin de défendre l’Etat de droit, la liberté et la dignité humaine.

« Sous l’administration Trump, les Etats-Unis prendront des sanctions directes contre ces trois régimes pour défendre l’Etat de droit, la liberté et la dignité humaine dans notre région », a-t-il souligné. John Bolton a déroulé la feuille de route de la politique américaine envers ces trois pays. Ce jeudi, à Miami, il a annoncé une série de sanctions visant Cuba, le Venezuela et le Nicaragua.

« L’administration prend le contrepied de celle d’Obama »

Parmi les mesures phares de l’administration Trump, l’interdiction aux citoyens américains de s’impliquer dans des activités liées à l’exportation de l’or du Venezuela. Pour le Cuba, les Etats-Unis interdiront bientôt des banques américaines de traiter avec des entités liées au gouvernement cubain. Pour le Nicaragua, John Bolton a fait savoir que des sanctions contre ce pays tomberont « dans un futur proche ».

Dans la presse américaine, on note un changement radical de politique étrangère. En effet, l’administration Obama avait catégoriquement refusé de s’immiscer dans les affaires internes des pays de l’hémisphère ouest. Une politique diamétralement opposée à celle menée par l’administration Trump.

« Ni les blocus, ni les sanctions n’arrêterons notre histoire »

Les menaces de John Bolton ne sont pas tombées dans l’oreille d’un sourd. Si à Cuba, les autorités politiques se sont gardées de tout commentaire, au Venezuela, le président Nicolas Maduro a répondu à John Bolton, insistant sur le fait que son pays n’avait pas peur des sanctions.

« Ni les blocus, ni les sanctions ne pourront arrêter notre histoire. Nous vous l’avons  répété un million de fois. J’espère que l’impérialisme américain réfléchira, que le président des Etats-Unis arrivera à se rendre compte qu’il se dirige vers une impasse. Il ne fait que répéter des politiques d’une autre époque contre les pays libres, des politiques qui ont échoué », a réagi Nicolas Maduro.