Benjamin Netanyahou retire l’Etat d’Israël de l’Accord de l’ONU sur l’immigration

0
87

Le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, retirera son pays de l’Accord de l’ONU sur l’immigration. Le premier ministre israélien évoque des raisons sécuritaires

Israël se retirera de l’accord de l’ONU sur la migration. C’est en tout cas ce qu’annonce la presse israélienne ce mercredi. D’après Israel National News, le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, a informé sa vice-ministre des Affaires étrangères, Tzipi Hotovely, sur sa décision lors d’une rencontre avec des membres du Likoud.

Cette même information a été confirmée ce mardi par le média israélien Times of Israel qui cite les propos du premier ministre israélien lequel a pris part à une conférence de presse ce mardi. Dans cette conférence, la position de Netanyahou sur la question est sans ambages. « J’ai informé le ministère des Affaires étrangères que nous ne participerons pas à la rencontre qui se tiendra à Marrakech et nous ne signerons pas le pacte sur la migration », a-t-il déclaré.

« Nous avons le droit de protéger nos frontières »

Dans son discours, Benjamin Netanyahou évoque de raisons de sécurité et la nécessité de protéger les frontières d’Israël. « Nous avons le devoir de protéger nos frontières contre des infiltrés illégaux. C’est que nous avons fait et ce que nous continuerons de faire », a martelé le premier ministre israélien.

Dans la classe politique israélienne, les avis sont déjà mitigés. D’après Times Of Israel, la vice-ministre des Affaires étrangères a totalement approuvé cette décision. En effet, Tzipi Hotovely estime que le gouvernement israélien « doit assumer une politique d’immigration claire qui protège Israël contre les infiltrés illégaux ».

« Une faillite morale de l’Etat d’Israël »

Pour d’autres, cette décision prouve la politique d’extrême-droite de l’actuel gouvernement israélien. « Ceci est un autre exemple de la faillite morale de l’Etat d’Israël. C’est le résultat d’une politique d’un premier ministre qui s’oriente vers l’extrême-droite en Israël, en Europe et aux Etats-Unis », a dénoncé la députée israélienne Michal Rozin.

Pour rappel, l’accord sur l’immigration a été finalisé en juillet dernier sous la supervision de l’ONU. Il devra être approuvé légalement le 11 et le 12 décembre à Marrakech. L’accord est né d’une décision prise en 2016 par les pays membres de l’ONU qui ont fait savoir qu’aucun Etat ne peut gérer à lui seul les migrations internationales.