Assassinat de Jamal Khashoggi : Donald Trump est devenu la pute du régime saoudien

0
157
US President Donald Trump (R) meets with Saudi Arabia's Crown Prince Mohammed bin Salman in the Oval Office of the White House on March 20, 2018 in Washington, DC. / AFP PHOTO / MANDEL NGAN (Photo credit should read MANDEL NGAN/AFP/Getty Images)

(Une analyse du journaliste Cheikh DIENG)

L’attitude de Trump face à l’Arabie Saoudite après la mort barbare de Jamal Khashoggi, journaliste très critique au régime saoudien et sauvagement tué dans le consulat de l’Arabie Saoudite à Istanbul, est indécente. Alors que toutes les preuves mettent en cause les dirigeants saoudiens, en première ligne le prince héritier, Mohamed Ben Salman (MBS), Donald Trump préfère jouer la pute du régime saoudien.

« Les Etats-Unis sont devenus la pute de l’Arabie Saoudite ». C’est en ces termes qu’un ex agent de la CIA définissait les relations entre l’Amérique du Nord et le royaume saoudien. Aujourd’hui, le 45ème président des Etats-Unis vient de confirmer cela. Oui, en effet, Trump est bien la pute de l’Arabie Saoudite.

Il ne s’agit ici en aucun cas de manquer de respect à la plus haute autorité nord-américaine. Il s’agit tout simplement de dénoncer le comportement lâche et irresponsable d’un président qui, aujourd’hui, devait être en première ligne dans les sanctions contre un régime totalitaire qui tue sauvagement tout opposant politique. Ce qui se passe en Arabie Saoudite  est une honte pour la communauté internationale.

Je rappelle que depuis l’annonce de la mort de Jamal Khashoggi, Trump et son administration se sont comportés comme de véritables putes. Trump a lui-même refusé plusieurs fois de nier la version officielle présentée par Riyad alors que nous savions tous que cette version était totalement fausse.

Les déclarations du président américain sur cette affaire sont indignes d’un chef d’Etat. En effet, après un entretien avec le roi saoudien qui lui a confirmé que Khashoggi avait bien été tué dans le consulat saoudien d’Istanbul, voici la réaction de Trump : « je ne serai pas satisfait jusqu’à ce que nous ayons la réponse (sur sa mort), mais c’était un important premier pas ».

En ce moment précis, les services de renseignement américains venaient de révéler avoir écouté des enregistrements audio de l’assassinat de Jamal Khashoggi. Mais là également, Trump préfère faire la sourde oreille et dit n’avoir aucune information sur ces enregistrements. Quelle mauvaise foi !

Je rappelle qu’une semaine après les révélations de la disparation de khashoggi, Trump n’a pas hésité à envoyer son secrétaire d’Etat, Mike Pompeo, en Arabie Saoudite. Le but de ce voyage était, sans aucun doute, de rassurer le régime saoudien qu’il avait le soutien total des Etats-Unis en ces moments difficiles.

Deux jours après cette visite, face à la presse, le secrétaire d’Etat prend le peuple américain pour des cons. « Nous avons clairement fait savoir à l’Arabie Saoudite que nous prenons l’affaire Jamal Khashoggi très au sérieux », dit Pompeo qui, avant de finir son discours, souligne les liens très étroits qui existent entre les Etats-Unis et l’Arabie Saoudite.

Ce qui prouve l’attitude immorale de ce gouvernement américain est la réaction de John Bolton, conseiller de Donald Trump sur la sécurité nationale. En effet, le 12 novembre, après avoir entendu les enregistrements audio envoyés par la Turquie, John Bolton disculpe le prince héritier de tout soupçon, en affirmant que MBS n’était pas impliqué dans cette affaire.

Pourtant, il n’a fallu que moins d’une semaine pour que la CIA démente les propos de Bolton. L’agence de renseignement américain a en effet annoncé ce 16 novembre que Mohamed Ben Salman a bien donné l’ordre pour que Jamal Khashoggi soit assassiné à Istanbul. Cette révélation de la CIA était un secret de polichinelle. Nous savions tous que sans la complicité de MBS, Khashoggi n’aurait jamais été assassiné.

Une semaine plus tard, alors que le monde entier est convaincu que Jamal Khashoggi a bien été tué sous les ordres du prince saoudien, Trump franchit un nouveau palier dans sa posture de pute du royaume saoudien. Oui, ce 21 novembre, le président américain, qui devait rompre tout lien avec Riyad, a remercié, dans un twitte, l’Arabie Saoudite pour avoir baissé le prix du pétrole.

Le président américain aurait dû garder sa retenue et savoir que l’heure n’est pas à la célébration de quoi que ce soit avec le régime saoudien. Mais hélas, il a préféré minimiser un assassinat politique ignoble qui indigne tous les démocrates du monde entier. A travers ce twitte, Trump a carrément franchi une ligne rouge confirmant ainsi qu’il ne connaît rien en relation internationale. Il n’est rien d’autre qu’une pute de l’Arabie Saoudite.

Edito signé : Cheikh Tidiane DIENG, fondateur et rédacteur en chef du site d’information www.lecourrier-du-soir.com, basé à Paris.

Email : cheikhdieng05@gmail.com