Guerre médiatique : pour tuer la France Insoumise, l’élite tente de déclencher une guerre interne

0
261

(Analyse du journaliste Cheikh DIENG)

Mélenchon est-il un gourou tel que les médias de masse veulent nous le faire croire ces dernières semaines ? Pour répondre à cette question, il serait nécessaire de revenir sur la définition de ce mot. Dans « Le Petit Robert », gourou est défini comme : « maître spirituel, maître à penser ; personne médiatique dont l’avis fait autorité ». J’ajoute que ce terme, qui a une connotation assez péjorative, est souvent utilisé pour faire allusion au dirigeant d’une secte.

Donc, si je comprends bien, pour bon nombre de médias de masse et de journalistes en France, La France Insoumise n’est pas un parti politique, mais plutôt une secte dirigée par un soi-disant gourou qui ne serait autre que Jean-Luc Mélenchon dont l’unique avis fait autorité.

Permettez-moi de revenir sur mon analyse de ce 14 septembre consacrée à la piteuse prestation de deux journalistes de très mauvaise foi qui, dans un livre consacré à Mélenchon et présenté sur CNews, ont littéralement craché sur la France Insoumise, accusant ce parti et sa direction d’être totalement des agents du système qu’ils combattent. Ce que j’ai trouvé inadmissible est que le présentateur de l’émission n’ait pas invité des partisans de La France Insoumise pour se défendre face à de telles attaques.

Lors de leur passage sur le plateau de CNews, les deux journalistes n’avaient pas hésité à évoquer l’attitude de gourou de Jean-Luc Mélenchon. Dans un passage de leur livre lu par le présentateur, on entendait ceci : « tous les cadres de son parti sont sous son emprise psychologique. C’est une parodie de démocratie. Ce côté gourou qui aime professer et former ne signifie pas pour autant que Mélenchon cherche à décider de tout. »

Je rappelle que le présentateur avait lui-même reconnu que ceux phrases étaient contradictoires. Une preuve de plus que ce bouquin, probablement financé par le système dans sa guerre sans merci contre la France Insoumise et son leader, ne mérite pas la peine qu’on lui accorde la moindre importance.

J’ai suivi cette affaire (accusation de gourou) de très près, convaincu que la thèse du système selon laquelle Mélenchon est gourou ne tiendra pas longtemps. Pour celles et ceux qui suivent l’actu, vous avez certainement lu dans la presse que désormais une guerre interne secoue la France Insoumise.

En tout cas, c’est ce que nous apprennent des médias tels qu’Europe 1 ou La Nouvelle Tribune. En effet, dans un article publié sur son site le 22 novembre et intitulé : « Après les perquisitions, Jean-Luc Mélenchon contesté jusqu’en interne », Europe 1 livre les confessions d’un élu de la France Insoumise qui dit méconnaître la « ligne politique du mouvement ».

Dans ce même article, Europe 1 cite les propos de Sarah Soualihi, ex porte-parole de la France Insoumise qui a récemment rejoint Génération-s, mouvement créé par Benoît Hamon. La charge de Soualihi contre la LFI est d’une rare violence. « A partir du moment où on n’est pas d’accord, on est soi viré proprement, ou pas, soit accusé d’être un ou une social-traitre », confie-t-elle.

Dans son article, Europe 1 a voulu faire croire que la chute de Mélenchon dans les récents sondages est due à une guerre interne qui secoue le mouvement. Pas besoin d’être un analyste politique pour savoir que c’est totalement faux. Cette chute est orchestrée par des instituts de sondage à la botte du système et totalement impliqués dans une entreprise de diabolisation de la France Insoumise.

Je me réjouis que la presse relaie les guerres intestines qui ont lieu au sein de la LFI. Car, ces informations viennent contredire la version avancée jusqu’ici par plusieurs médias et prouvent qu’au sein de la France Insoumise des débats sont ouverts et des avis divergents peuvent se télescoper. Après tout, dans un parti démocratique, il ne peut y avoir une uniformisation des opinions et l’on ne saurait remettre en cause le bon fonctionnement de ce parti par le seul fait que certains aient claqué la porte.

J’ai juste peur que les médias du système, dans leur piètre campagne de destruction et de diabolisation de la France Insoumise, ne se ridiculise davantage et ne finisse par augmenter le capital sympathie de ce mouvement politique qui, il faut bien le reconnaître, a le vent en poupe.

Les médias n’ont pas été à la hauteur dans cette guerre contre la France Insoumise. En se rangeant du côté du système, ils ont eu recours à des méthodes lâches (diffamations, sondages truqués…). Des méthodes jusque-là efficaces, mais pas assez suffisamment fortes pour casser les Insoumis. Et c’est ce que cherche désespérément le système : « diviser pour mieux régner ».

Les Insoumis ne sont pas des tarés et ne suivent pas non plus un gourou, mais une personnalité politique qui, au-delà de sa parfaite maîtrise de l’Histoire de France et de ses remarquables qualités de tribun, veut porter le dernier coup de grâce à une Vème République dont la moitié des Français ne veulent plus.

Si seulement les médias pouvaient comprendre cela !

Cette analyse n’engage que son auteur. Elle ne reflète, en aucun cas, la ligne éditoriale du journal www.lecourrier-du-soir.com, média neutre et indépendant.