USA : les migrants illégaux posent leurs conditions : « 50 000 dollars chacun ou on ne rentre pas »

0
131

Les migrants sud-américains présents à Tijuana au niveau de la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique exigent du gouvernement américain qu’il leur verse à chacun 50 000 dollars pour retourner dans leurs pays d’origine

Les migrants font-il chanter le gouvernement américain ? Alors que le gouvernement de Donald Trump durcit le ton dans sa politique migratoire, les migrants clandestins posent leurs conditions pour retourner vers leurs pays d’origine. Ils exigent en effet qu’on leur offre à chacun 50 000 dollars.

L’information, relayée par la presse américaine, a également été reprise par les médias mexicains. En effet, d’après Excelsor, média, mexicain, il s’agit d’un groupe de migrants originaires de l’Honduras qui se sont donné rendez-vous devant le siège diplomatique des Etats-Unis dans la localité de Tijuana.

Dans un article datant du 12 décembre, le média mexicain a publié la lettre en question adressée à Donald Trump. « Si vous ne souhaitez pas que nous entrions sur le territoire américain, nous vous demandons de nous donner à chacun 50 000 dollars pour retourner chez nous », écrivent les migrants. Ces derniers ont fixé un ultimatum de 72 heures au président américain pour répondre.

« 700 sont déjà rentrés chez eux et 300 autres déportés »

Interrogé par la presse américaine, l’un des leaders du mouvement, Alfonso Guerrero Ulloa, s’est expliqué. « Cela vous paraît être une somme d’argent importante, mais c’est une petite somme comparée à ce que les Etats-Unis ont volé à Honduras », s’est-il défendu. A la question de savoir quelle serait leur réaction si la réponse des Etats-Unis étaient négatives, il rétorque : « je ne sais pas, nous le déciderons ensemble ».

Il est fort probable que les migrants n’obtiennent pas une réponse favorable car depuis l’afflux important de migrants vers les Etats-Unis, Donald Trump n’a pas hésité à déployer l’armée pour faire face à cette situation. Une politique de Trump qui semble avoir porté ses fruits car sur les 6 000 migrants présents à Tijuana, 700 sont déjà repartis chez eux, 300 ont été déportés et 2 500 ont demandé asile.