Crise humanitaire : l’ONU suspend son programme d’aide alimentaire pour la Palestine

0
412

L’ONU (Organisation des Nations-Unies) a suspendu son programme d’aide alimentaire destinée à la Palestine faute de moyens financiers. Une décision qui risque d’avoir de très sérieuses conséquences sur la vie de plusieurs milliers de Palestiniens vivant en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza

L’ONU suspend son programme d’aide alimentaire destiné à la Palestine. L’institution internationale évoque des soucis financiers. D’après Times of Israel, 190 000 Palestiniens seront affectés par cette pénurie alimentaire, une aide jadis destinée aux habitants de la Cisjordanie et de la bande de Gaza.

Toujours d’après le média israélien, dès le 1er janvier, l’ONU ne pourra plus fournir une aide alimentaire à 27 000 personnes vivant dans la Bande de Gaza. Cette information a été confirmée par l’agence de presse, Reuters, qui attribue la responsabilité de cette pénurie à l’administration Trump.

C’est ce qui a été confirmé par Stephen Kearney, directeur du Programme Mondial pour l’Alimentation. « Le programme Mondial pour l’Alimentation a malheureusement été forcé à faire des coupes drastiques au niveau du nombre de personnes que nous soutenons à travers la Palestine, à la fois à Gaza et en Cisjordanie », a déploré Kearney.

« Une décision qui plonge les Palestiniens dans la tourmente »

Et d’ajouter : « le plus grand sponsor que nous avons eu ces dernières années a été l’Amérique du Nord. Ils ont coupé les fonds, non pas seulement pour l’Office de secours et de Travaux des Nations-Unies pour les Réfugiés de la Palestine dans le Proche-Orient, mais aussi pour le reste de la communauté humanitaire ».

A Gaza, la nouvelle a fait l’effet d’une bombe. Certains ont déjà fait part de leur inquiétude. « Nous dépendons à 90% du travail que nous menons avec le Programme Mondial pour l’Alimentation. Je ne le souhaite, mais si le programme est suspendu, nous ne pourrions plus continuer à nous ravitailler en nourriture dans les supermarchés », s’alarme Mohamed Al-Dirawi, boutiquier palestinien qui se vante d’avoir fait adhérer 400 nouveaux clients dans le programme et d’avoir employé trois nouvelles personnes.