Crise en Ukraine : le monde se dirige vers une 3ème Guerre Mondiale et l’Occident risque de la perdre

Le monde se dirige vers ne 3ème guerre mondiale et l’Occident risque de la perdre

En mars 2020, en pleine pandémie, j’avais rédigé un édito intitulé : “la troisième guerre mondiale a commencé : elle est pour l’instant économique, elle sera bientôt militaire”.

Pourquoi suis-je convaincu que nous allons entrer dans une guerre militaire ? En voici l’explication. En effet, dans une analyse faite la veille, j’avais envisagé les 4 scénarii qui nous attendent : une Amérique qui cesse d’être la première puissance économique du monde, une Chine qui va diriger le monde sur le plan économique (pour un certain temps), une Union Européenne qui va disparaître et une Afrique qui va enfin s’affranchir du joug des puissances occidentales. Je pourrais même ajouter un cinquième scénario : une Russie qui va devenir une puissance militaire. Sans toutefois perdre de vue Israël qui, dans ce nouveau monde qui s’annonce, va jouer un rôle prépondérant, surtout sur le plan militaire et économique.

Nul besoin d’entrer dans les détails de cette analyse. Celles et ceux qui la liront connaîtront ma position sur la question. Maintenant, venons-en au sujet qui défraie la chronique ces derniers jours : le conflit qui oppose la Russie à l’Ukraine et qui plonge les Etats-Unis et l’Europe dans une colère noire.

Pas besoin de revenir sur les faits ayant précédé l’opération militaire menée depuis le Donbass par Vladimir Poutine ce 24 février pour, dit-il, “démilitariser et dénazifier” l’Ukraine, pays voisin de la Russie et considéré, depuis plusieurs décennies, comme le chouchou incontestable de l’Europe et des Etats-Unis dans cette partie du monde.

Pour avoir une idée de l’importance capitale de ce pays pour l’Occident, permettez-moi de rappeler la phrase mythique du stratège américain Zbigniew Brzezinski : “sans l’Ukraine, la Russie cesse d’être un empire”. Cette phrase n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd. Théorisée par l’un des plus grands géo-politologues américains, elle est strictement mise en application.

En effet, pour l’Europe comme pour les Etats-Unis, il est hors de question de laisser l’Ukraine tomber dans les bras de la Russie. Une telle lune de miel aurait des conséquences désastreuses pour l’Occident. Si vous n’y croyez pas, demandez à Viktor Ianoukovitch, ex président ukrainien qui a été évincé du pouvoir en 2014 pour avoir justement tenté de se rapprocher de Poutine.

Le constat est celui-ci : n’avons jamais été aussi proches d’une guerre mondiale. Elle est économique. Elle sera militaire dans un futur proche. Car, par elle (la guerre mondiale), passera la redistribution des cartes pour un Nouvel Ordre Mondial qui remettra chaque puissance à sa place.

Les Etats-Unis d’Amérique vont perdre leur première place de première puissance économique au profit de la Chine, la Russie s’érigera comme une puissance militaire incontestable et en Europe, d’anciennes puissances coloniales risquent d’être réduites à de simples Etats sans aucune influence étrangère.

Si l’Occident commet l’erreur de déclencher une guerre contre la Russie, il risque de la perdre pour les raisons suivantes. Ces 20 dernières années, le visage de la géopolitique mondiale a complètement changé. La chute de l’Union Soviétique n’a pas confirmé une victoire définitive du “Monde Libre”. Et pour cause! Les alliances se nouent sans gêne entre puissances occidentales, mais aussi entre Etats non-occidentaux.

L’UE et les Etats-Unis peuvent se vanter de disposer d’une force redoutable qu’est l’OTAN. Mais, pendant ce temps, la Chine, la Russie, l’Iran et une partie de l’Amérique du Sud et de l’Afrique tissent des liens commerciaux et militaires impressionnants qui représentent, sans aucun doute, une menace à la superpuissance occidentale.

Je dois faire remarquer que les Etats-Unis ont été économiquement affaiblis par la pandémie à Coronavirus. Pourtant, pendant ce temps, la Chine s’en est sortie avec brio. Au même moment, la Russie, jouissant de son image de “sauveur”, est en train d’arracher l’Afrique et l’Amérique Latine à l’Occident.

Ainsi, en Centrafrique, au Mali, en Libye, en Syrie, au Liban, en Iran ou encore au Venezuela, Moscou a réussi, ces dernières années, à déloger l’Occident dépeint comme un envahisseur venu perpétuer une politique impérialiste dont les peuples ne veulent plus du tout.

Conscient de cet état de fait, l’Occident s’agrippe sur l’Ukraine sachant que la perte de ce pays signifierait la fin de sa superpuissance. Et ce, en violant totalement les accords passés avec la Russie de ne pas déployer des forces de l’OTAN en Europe de l’Est. Aujourd’hui, quand Poutine évoque sa crainte de voir l’Ukraine tomber dans le giron de l’OTAN, on le prend pour un méchant complotiste qui cherche à étendre son pouvoir sur ses voisins. Mais, dans les faits, il n’a pas tort de s’inquiéter des agissements de Washington.

Une troisième guerre mondiale est inévitable. Et l’Occident risque de la perdre car il n’aura pas en face la Chine ou la Russie seulement mais l’Iran, la Syrie, une partie de l’Afrique et une partie de l’Amérique Latine. Pour le moment, ce serait exagéré de penser que le conflit en cours en Ukraine pourrait nous y mener. Mais, une chose est sûre : les condiments sont réunis et la moindre étincelle suffit pour foutre le champs en l’air.