Accusé de crimes de guerre par la CPI, Israël refuse de coopérer et les Etats-Unis applaudissent

0
355

La Cour Pénale Internationale (CPI) a annoncé l’ouverture d’une enquête contre Israël pour crimes de guerre en Palestine. Israël a totalement refusé de coopérer et a obtenu le soutien des Etats-Unis

Israël bientôt au banc des accusés ? Cette question se pose au moment où la CPI (Cour Pénale Internationale) a annoncé ce vendredi 20 décembre l’ouverture d’une enquête contre l’Etat d’Israël qu’elle accuse de « crimes de guerre » dans les territoires palestiniens. L’annonce a été faite par Fatou Bensouda, procureure générale de la CPI.

En effet, dans un communiqué officiel publié sur le site de la CPI, la procureure générale dit avoir suffisamment de preuves pour ouvrir cette enquête. « (…) Je suis convaincue que des crimes de guerre ont été ou sont en train d’être commis en Cisjordanie, y compris à Jérusalem Est  et dans la Bande de Gaza », a-t-elle affirmé.

« Il n’y a pas d’Etat palestinien »

L’annonce de cette nouvelle a suscité l’immense joie des autorités palestiniennes qui n’ont pas hésité à se prononcer sur cette éventuelle enquête qui sera ouverte prochainement. « La Palestine salue cette décision qui arrive à point nommé après presque cinq ans d’enquête préliminaire », se réjouit-on du côté du ministère palestinien des Affaires étrangères.

Du côté israélien, la mise en garde a été très rapide. En effet, dans un communiqué, le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, a tenu à rappeler que la CPI n’a aucune compétence dans ce conflit en raison du fait que la Palestine n’est pas un Etat. « La CPI n’a aucune compétence pour intervenir dans cette affaire. La CPI n’a que des compétences sur des demandes formulées par des Etats souverains. Il n’y a jamais eu d’Etat palestinien », peut-on lire.

« Les Etats-Unis soutiennent Israël »

L’enquête de la CPI risque de ne pas aboutir car à Washington, l’administration Trump s’est déjà rangée du côté du gouvernement israélien. « Nous nous opposons fermement à cette action et toute autre qui vise Israël de manière injuste. Nous ne croyons pas que la Palestine soit un Etat souverain et qu’en conséquence il ne peut être membre d’organisations internationales dont la CPI », a martelé Mike Pompeo, secrétaire d’Etat américain.

Dans un twitte posté ce 21 décembre sur son compte officiel, Pompeo s’est attaqué à Fatou Bensouda. « Aujourd’hui, la procureure générale de la CPI a soulevé des questions sur la compétence de la CPI d’ouvrir une enquête contre Israël. Israël n’est pas un Etat membre de la CPI. Nous nous opposons fermement à cette enquête injustifiée qui vise Israël de manière injuste. La voie vers une paix durable n’est possible qu’à travers les négociations », pouvait-on lire.