Albert Bourla, PDG de Pfizer, a bien confirmé, en 2018, l’existence d’une puce électronique à avaler

Il ne s’agit en aucun cas de verser dans les théories du complot que notre média combat avec la dernière énergie. Mais, plutôt de rétablir les faits. En effet, ces dernières heures, de nombreuses rumeurs attribuent à Albert Bourla, PDG de Pfizer, des propos liés à la puce électronique à avaler.

Dans son travail d’investigation, Lecourrier-du-soir.com a retrouvé une vidéo de 2018 (au Forum Economique Mondial) dans laquelle Bourla répond à un journaliste qui lui pose des questions sur l’implication de la technologie au moment de vérifier si les patients ont bien pris les médicaments qui leur sont prescrits.

Sa réponse est claire et précise. “Je pense que c’est fascinant ce qui se passe dans ce domaine en ce moment. Le FDA (Food and Drug Agency) a approuvé la première pilule, si je peux l’appeler ainsi. Donc, en gros, c’est une puce biologique qui se trouve dans le comprimé. Et une fois qu’on avale le compris, il envoie un signal pour confirmer que vous avez bien pris le comprimé”, a-t-il déclaré.

Au moment où Pfizer loue son comprimé anti-Covid, cette déclaration peut bien donner du grain à moudre aux partisans des théories complotistes. Cependant, notre devoir, en tant que média, est de rétablir les faits, et rien que les faits. D’ailleurs, ce 18 décembre, le média Snopes a fait savoir que la pilule électronique à laquelle le PDG de Pfizer faisait référence n’était, en aucun cas, lié au Covid.

Ci-dessous la vidéo en question prise lors du Forum Economique Mondial de 2018