Après le Maroc, le Bahreïn refuse de normaliser ses relations diplomatiques avec Israël

0
218

Le Bahreïn refuse, pour l’heure, de normaliser ses relations diplomatiques avec Israël, soulignant la nécessité d’une solution à deux Etats

Le Bahreïn suit les traces du Maroc et refuse, pour le moment, de normaliser ses relations diplomatiques avec l’Etat d’Israël. C’est en effet ce qui a été annoncé par l’agence de presse Bahrain News Agency qui est revenue sur la rencontre de ce 26 août entre le roi Hamad Ben Isa Al-Khalifa et Mike Pompeo, secrétaire d’Etat américain.

L’objectif de Pompeo, lors de ce voyage, a été de pousser le Bahreïn à normaliser ses relations diplomatiques avec Israël. Mais, ce fut un échec total. Car, dans la presse locale, on indique que la position du gouvernement du Bahreïn a été très clair : seule une solution à deux Etats peut mettre fin au conflit.

“Lors de la rencontre, il a été question des récents événements dans la région ainsi que les initiatives et efforts pour atteindre la stabilité et la paix (…). Les deux côtés ont échangé leurs opinions sur des sujets d’intérêt commun. (…) Sa Majesté le Roi a souligné l’importance d’intensifier les efforts afin de mettre fin au conflit israélo-palestinien par une solution à deux Etats qui mettra en oeuvre une paix juste et compréhensive qui mènera à la création d’un Etat palestinien souverain et indépendant avec pour capitale Jérusalem Est”, a révélé l’Agence de presse de Bahreïn ce 26 août.

“Le Maroc aussi a dit non”

Ce refus de Bahreïn de normaliser ses relations diplomatiques avec Israël intervient quelques jours seulement après celui du Maroc où le premier ministre, Saad-Eddine El Othmani, a clairement fait savoir que le royaume rejette toute normalisation avec “l’entité sioniste”.

“L’établissement de toute relation ou normalisation de quelque nature que ce soit ne peut servir qu’à soutenir cette entité coloniale et à l’encourager à persister dans ses pratiques agressives contre le droit international et les droits inaliénables du peuple palestinien”, avait déclaré Othmani ce 24 août.