Burkina Faso : l’ex dictateur Blaise Compaoré demande pardon à la famille de Thomas Sankara, assassiné en 1987

Dans une lettre adressée au peuple burkinabè et lu en direct à la télévision, l’ex dictateur Blaise Compaoré demande pardon à Thomas Sankara, assassiné en 1987 dans des circonstances extrêmement floues

Blaise Compaoré fait son mea culpa. L’ex président burkinabè, condamné par contumace pour l’assassinat de Thomas Sankara (ex président du Burkina Faso), a fait la une des médias africains ce 26 juillet après avoir adressé une lettre d’excuse à la famille de l’ex leader panafricain.

En effet, dans la lettre intégralement lue par Lecourrier-du-soir.com, l’ex président burkinabè qui s’était réfugié en Côte d’Ivoire après avoir été chassé du pouvoir tente de redorer son blason et joue la carte de la réconciliation nationale dans un contexte de crise politique.

“Je demande pardon au peuple burkinabè pour tous les actes que j’ai pu commettre durant mon magistère, plus particulièrement à la famille de mon frère et ami Thomas Isidore Noël Sankara. J’assume et je déplore, du fond du cœur, toutes les souffrances et drames vécus par toutes les victimes durant mes mandats à la tête du pays et demande à leur famille de m’accorder le pardon”, peut-on lire.

Son mea culpa, qui intervient 37 ans après la mort de Thomas Sankara, a inflammé les réseaux sociaux ces dernières heures. Les réactions ont été très nombreuses.