Confinement total en France : un couvre-feu national est attendu ce soir

0
691

Le projet de loi sur l’état d’urgence a été validé ce vendredi 20 mars et le couvre-feu pourrait être instauré dans les prochaines heures

Face à la négligence de beaucoup de citoyens qui refusent catégoriquement de respecter les consignes annoncées le 16 mars par le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, sur le confinement total, le couvre-feu n’est désormais plus écarté. C’est en tout cas ce qui est avancé dans la presse.

Ce vendredi, le Sénat a validé le projet de loi sur l’état d’urgence. Le texte a recueilli 252 voix pour, 2 contre et 90 abstentions. L’état d’urgence devrait durer deux mois. A partir d’aujourd’hui, tout va changer, car l’état d’urgence sanitaire donnera « au Premier ministre pouvoir de prendre par décret pris sur le rapport du ministre chargé de la santé, les mesures limitant la liberté d’aller et venir, la liberté d’entreprendre et la liberté de réunion et permettant de procéder aux réquisitions de tout bien et services nécessaires afin de lutter contre la catastrophe sanitaire ».

“Des mesures non respectées”

La validation du projet de loi intervient quelques heures après les regrets d’Emmanuel Macron que de nombreux Français négligent les consignes annoncées par le gouvernement. « Quand je vois que des gens continuent à aller au parc, à se mettre ensemble, à aller à la plage ou à se ruer dans les marchés ouverts, c’est qu’ils n’ont pas compris les messages. Ce n’est pas aujourd’hui parfaitement respecté », a déploré le président ce 19 mars.

Dans la presse, l’instauration d’un couvre-feu est de plus en plus évoquée, même si pour le moment, rien n’est encore confirmé. Il convient de rappeler que des mesures strictes avaient été annoncées par le gouvernement dès le 16 mars et toute infraction était punie d’une amende de 135 à 375 euros.

Ce jeudi, on a appris que plus de 4 000 amendes ont été infligées car beaucoup continuaient à se promener dans les rues du pays sans autorisation. Face à cette situation, l’Etat n’a pas d’autres options que de durcir le ton. Ainsi, à Paris, les berges de Seine, les Invalides et les Champs de Mars sont désormais fermés.