Coronavirus : désormais, il n’y a plus de doute, le Nouvel Ordre Mondial est né !

0
2593

Le nouvel ordre mondial est né. Nicolas Sarkozy nous avait prévenu il y a plus de dix dans un discours prononcé depuis Toulon et dans lequel il déclarait avec assurance : « 2009 peut être l’année de naissance d’un nouveau capitalisme, d’un nouvel ordre mondial. Et j’en appelle à tous les gouvernements. Aucun d’entre nous ne s’en sortira en faisant sa propre politique dans son coin, isolé de ce que font les autres. (…) On ira ensemble vers ce nouvel ordre mondial et personne, je dis bien personne, ne pourra s’y opposer car à travers le monde, les forces aux services du changement sont considérablement plus fortes que les conservatismes et les immobilismes »

Ce discours de l’ex président français avait été prononcé en 2009. Le monde venait de subir les conséquences drastiques de la crise économique de 2008 qui avait fragilisé l’économie mondiale. Cette déclaration qui, à l’époque, sonnait comme une menace à tous ceux qui osaient s’opposer à ce projet a été confirmée en 2017 par Emmanuel Macron.

« Nous nous y trompons pas. Le monde a les yeux rivés sur la France. La transformation que nous avons engagée est une condition centrale, j’en ai la conviction, de la transformation de l’Europe tournée vers l’avenir et vers les peuples. Et la transformation de l’Europe autour d’une vision partagée est la condition d’un nouvel ordre mondial plus stable, apaisant les rivalités des puissances », disait Macron. S’adressant à son audience, il ajoute : « vous êtes ainsi appelés à devenir les ambassadeurs de la transformation de la France ».

Depuis une semaine, notre monde a complètement changé. Un mini virus dont l’origine reste toujours un mystère a plongé des grandes puissances dans une crise économique sans précédent. La France compte désormais quelque 10 millions de chômeurs, aux Etats-Unis, en une semaine le nombre de chômeurs est passé de 3,3 millions à 6,6 millions. En Espagne, rien qu’au mois de mars, plus de 200 000 emplois ont été détruits par la pandémie.

Personne d’entre n’aurait imaginé il y a deux mois que nous en serions là. Aujourd’hui, la réalité nous rattrape. En seulement deux semaines, le monde a complètement changé de visage et toutes les grandes puissances sont mises à nue comme cela ne s’était jamais produit dans le passé.

Dans un monde de quelque 7 milliards d’individus, plus de 1,3 milliard sont confinés, des soldats sont déployés dans les plus grandes villes du monde pour veiller à ce que les règles de confinement soient respectées. Des avions militaires survolent le ciel avec à bord des malades atteints de Covid-19. En deux seulement, notre monde est plongé dans un climat de guerre contre un ennemi invisible.

Jusqu’à tout récemment, prononcer l’expression « Nouvel Ordre Mondial » suffisait pour être classé dans la case des conspirationnistes, ces adeptes du complot qui pullulent sur la toile et qui prédisent, sans aucun argument probant, le chaos total. Les intellectuels qui en parlaient étaient interdits de parole, les journalistes qui adhéraient à cette thèse étaient bannis de leur profession. Seuls nos dirigeants avaient le droit d’en parler.

Et désormais, il ne s’en cache plus. J’ai cité Nicolas Sarkozy et Emmanuel Macron. Je peux aussi citer Macky Sall, président du Sénégal qui, ce 3 avril, a publié sur son compte Twitter ce message : « il est temps de travailler à l’avènement d’un nouvel ordre mondial qui met l’humain et l’humanité au cœur des relations internationales ».

Pour que ce nouvel ordre mondial puisse se mettre en place, il fallait impérativement instaurer le chaos. En 2008, après la crise financière, nous y étions très prêts. Mais, les conditions n’étant pas réuni à 100%, nos dirigeants ont décidé de reporter sa mise en place. Cette fois-ci, c’est la bonne. Ils se sont servis d’un virus comme prétexte pour terroriser le monde entier. Ils voulaient le chaos, ils l’ont bien eu.

Dans ce nouvel ordre mondial, comme le disait Sarkozy dans son discours, aucun Etat ne pourra faire sa propre politique dans son coin. En conséquence, le message est clair : nos droits, en tant qu’individus, seront confiés à des Etats qui, à leur tour, les confieront à un gouvernement mondial. Le monde sera ainsi une espèce de prison à ciel ouvert où les citoyens seront surveillés 24H24.

D’ailleurs, c’est déjà le cas. Depuis le début des confinements, des opérateurs téléphoniques, des géants technologiques et des Etats ont signé des accords en vue de mieux contrôler le déplacement des êtres humains sous le simple prétexte qu’ils luttent contre la propagation du virus. Prises en temps de paix, ces mesures auraient provoqué des soulèvements populaires, voire des révolutions. Prises en temps de guerre, elles deviennent tout à fait normales et, pire, les citoyens, pris de panique, s’y adhèrent sans se poser trop de questions.

Désormais, les Etats vont disparaître. Et d’ailleurs, c’était le but du virus : ridiculiser nos dirigeants devant leurs peuples pour qu’enfin ces derniers les désavouent. Ainsi, nous nous sommes rendu compte du jour au lendemain que des puissances économiques mondiales n’avaient même pas de masques pour protéger leurs populations en temps de guerre et doivent recourir à une pléthore de mensonges pour se dédouaner.

Les chefs d’Etat de tous les pays du monde ont été humiliés, les Unions (Union Européenne, Union Africaine, Ligue Arabe…) ont été mises à nue, les économies, aussi puissantes furent-elles, ont été paralysées, les peuples ont été terrorisés, les médias ont été utilisés pour semer le chaos installant ainsi une psychose permanente chez les citoyens, la dictature et le totalitarisme ont été normalisés. Désormais, se déplacer librement sans autorisation peut vous valoir la prison, des projets de lois scélérats ont été approuvés par des parlements au grand dam du peuple, des chefs d’Etat ont été dotés de pouvoirs qu’ils n’oseraient jamais réclamer en temps de paix… La Démocratie, ce beau mot qui a tant fait rêver les peuples, est morte.

La question à se poser est celle de savoir qui va diriger ce nouvel ordre mondial. La gouvernance mondiale sera fera-t-elle depuis les Etats-Unis, l’Europe ou Israël ? Pour le moment, c’est le mystère total. Le Nouvel Ordre Mondial a vu le jour ce 16 mars et désormais, nous ne serons plus citoyens de nos pays, mais du monde. Un monde qui désormais a un nouveau visage.