Coup de théâtre à l’Assemblée : 20 députés LREM s’apprêtent à démissionner du parti présidentiel

0
953

Une vingtaine de députés LREM s’apprêtent à rejoindre un nouveau groupe parlementaire baptisé « Ecologie, Démocratie, Solidarité ». Un tel scénario ferait perdre à LREM sa majorité absolue acquise depuis 2017 et pourrait sérieusement sonner le glas de Macron

Nous assistons probablement à la fin de l’hégémonie LREM à l’Assemblée nationale. C’est en tout cas la révélation faite par Les Echos. En effet, selon le média français, 58 députés venant principalement de LREM s’apprêtent à rejoindre un 9ème groupe à l’Assemblée baptisée « Ecologie, démocratie, solidarité ».

Parmi ces députés, figurent : Mathieu Orphelin, Jean-François Cesarini mais aussi Cédric Villani. Parmi les députés LREM ayant participé à la démarche, Les Echos cite Delphine Batho, Emilie Cariou, Aurélien Taché et Guillaume Chiche. Comme l’indique son nom, le groupe entend placer les questions d’ordre écologique au cœur du débat public.

Toujours selon le quotidien Les Echos, les députés déplorent le fonctionnement du parlement ces derniers temps. Et cette information peut être confirmée par Lecourrier-du-soir.com qui, ce vendredi, a pu obtenir un communiqué de presse signé par 13 députés, dont des LREM, demandant une « évolution des règles de vote à l’Assemblée afin que chaque député puisse faire entendre sa voix ».

« Aujourd’hui, le Parlement est amené à s’exprimer sur des dispositions extrêmement lourdes en matière de données de santé et de libertés individuelles. Or, les règles de vote mises en place ne permettent pas aux parlementaires, élus de la nation, de s’organiser pour que chaque député puisse faire entendre sa voix », dénonce le communiqué.

Dans le même communiqué, les 13 députés n’hésiteront pas à adopter un ton menaçant. « (…) Nous demandons d’urgence que soient revues les règles de vote afin que notre système parlementaire et notre démocratie soient respectés », écrivent-ils. Parmi eux, figure Martine Wonner, exclue de la République En Marche ce 6 mai pour avoir tout simplement osé critiquer la gestion de la crise sanitaire par le gouvernement.

Le risque majeur et mortel pour LREM est désormais celui de perdre la majorité absolue dont elle dispose et qui est fixée à 289 députés. Le parti présidentiel disposait en effet de 314 députés, mais entretemps, certains ont du quitter le navire tandis que d’autres ont été exclus, ce qui fait que LREM ne compte plus que 296 députés.

Une situation inquiétante qui fait trembler la Macronie. « A deux  ans d’une élection, on cherche à élargir, pas à se rétrécir », se désole Hugues Renson, vice-président de l’Assemblée nationale. Dans la presse, on révèle que Renson n’a pas apprécié le limogeage de Martine Wonner qui a voté contre le plan de déconfinement du gouvernement. Selon Le Figaro, l’hypothèse d’une conférence de presse tenue par le 9ème groupe circule. Elle pourrait se tenir le 18 ou le 19 mai.