Coup de théâtre : en difficulté financière, Israël ouvrira ses frontières aux touristes non-vaccinés ce 1er mars

Le gouvernement israélien a annoncé ce dimanche 20 février que les touristes non-vaccinés sont désormais autorisés à entrer dans le pays

Un virage à 180 degrés. Alors que la situation sanitaire ne s’est pas encore stabilisée à 100%, l’Etat d’Israël annonce une décision qui a pris de court les médias du monde entier. En effet, d’après plusieurs sources israéliennes fiables, le pays va rouvrir dès le 1er mars ses frontières aux touristes non-vaccinés.

C’est du moins l’information obtenue par Lecourrier-du-soir.com du média israélien Times Of IsraeL A en croire cette source qui cite le premier ministre Naftali Bennett et Nitzan Horowitz, ministre israélien de la Santé, le gouvernement israélien a pris une série de mesures afin d’alléger les restrictions liées au voyage et à l’éducation.

“Un test PCR obligatoire pour tous”

“En vertu des nouvelles mesures, aussi bien les vaccinés que les non-vaccinés de tout âge seront autorisés à entrer en Israël, à condition qu’ils se soumettent à un test PCR négatif avant d’embarquer et une fois arrivés sur place”, informe le média israélien qui ajoute que l’isolement n’est plus obligatoire pour les Israéliens en provenance de l’étranger.

Face à la presse, le premier ministre israélien justifie sa décision de rouvrir le pays aux touristes. “Nous constatons un fort déclin du taux de mortalité. Donc, c’est le moment de rouvrir graduellement le pays”, a-t-il déclaré. Sur la décision de laisser entrer les non-vaccinés, le ministre israélien de la Diaspora, Nachman Shai, évoque la nécessité de réunir les familles.

“La semaine dernière, j’ai demandé au premier ministre Bennett de laisser les enfants israéliens non-vaccinés à entrer dans le pays afin de permettre que les familles se réunissent”, explique Nachman Shai.

Le gouvernement israélien a-t-il pris cette décision pour faciliter les rencontres familiales ou pour sauver son économie? Telle est la question. En tout cas, en octobre 2020, le média Jewish News Syndicate faisait état d’une perte de 3,6 milliards de dollars enregistrée par le secteur du tourisme entre janvier et septembre de la même année. Une situation due à la crise sanitaire et aux mesures prises pour limiter le nombre de cas dans le pays.