Coup de théâtre : la revue The Lancet conclut que l’immunité vaccinale de Pfizer ne dure que 27 jours chez les jeunes après la dose 2

Dans une étude publiée sur son site officiel ce 08 août et lue par Lecourrier-du-soir.com, la revue scientifique The Lancet confirme que la protection vaccinale induite par le vaccin de Pfizer ne dure que 27 jours après la deuxième dose. L’étude en question a été menée auprès d’adolescents brésiliens et écossais

Une mauvaise nouvelle pour Pfizer. Alors que le géant pharmaceutique a récemment été épinglé dans une grosse escroquerie au Royaume-Uni, une nouvelle étude menée par The Lancet et relayée par le Center For Infectious Disease Research and Policy (CIDRAP) conclut que l’immunité vaccinale (de son vaccin) ne dure que 27 jours chez les jeunes.

Dans son travail d’investigation, Lecourrier-du-soir.com a pu retrouver l’étude dans sa version originale publiée à la date du 08 août. Dans l’étude en question, The Lancet précise : “nous avons trouvé que la protection vaccinale du BNT162b2 contre le Covid-19 chez les adolescents au Brésil et en Ecosse ne dure que 27 jours après la deuxième dose”.

La revue précise toutefois que le vaccin garantit une protection contre les formes sévères de la maladie pendant 98 jours ou plus après la prise d’une deuxième dose. D’après les informations obtenues par notre média, l’étude a été menée auprès de 2,948,538 adolescents brésiliens âgés entre 12 et 17 ans et auprès 404,673 adolescents écossais.

Il convient de rappeler que ce n’est pas la première fois que The Lancet livre un avis très peu favorable au vaccin. En effet, dans une étude rendue publique en juin dernier et consultée par Lecourrier-du-soir.com, la très prestigieuse revue scientifique confirmait le risque élevé de myocardite et de péricardite avec le vaccin Pfizer et Moderna.

Dans l’étude en question, on pouvait lire : “un risque accru de myocardite et de péricardite a été noté après la vaccination contre la Covid et a été plus fort chez les hommes âgés de 18 à 25 ans après la prise de la seconde dose. Cependant, l’incident était rare”. La revue tente tout de même de minimiser.

En effet, d’après The Lancet, sur 15 148 369 de personnes ayant reçu le vaccin, seuls 411 cas de myocardite et de péricardite ont été notés. La publication de cette récente étude est d’autant plus préoccupante pour les laboratoires que tout récemment une étude similaire, menée en France, avait abouti aux mêmes conclusions.

En effet, dans son travail d’investigation, Lecourrier-du-soir.com a pu consulter l’étude menée par l’institut EPI-PHARE (épidémie des produits de santé) dans sa version originale. Elle confirme que les vaccins Pfizer et Moderna présentent des risques de myocardite et de péricardite tout en précisant toutefois que le risque était peu fréquent.

1 COMMENT

  1. […] Coup de théâtre : la revue The Lancet conclut que l’immunité vaccinale de Pfizer ne dure qu… __ATA.cmd.push(function() { __ATA.initDynamicSlot({ id: 'atatags-26942-62f49b18f2a9e', location: 120, formFactor: '001', label: { text: 'Publicités', }, creative: { reportAd: { text: 'Report this Ad', }, privacySettings: { text: 'Confidentialité', onClick: function() { window.__tcfapi && window.__tcfapi( 'showUi' ); }, } } }); }); […]