Coup de théâtre : le laboratoire Gilead condamné à 97 millions de dollars pour corruption

Un autre gros scandale que les médias de masse ont étouffé en pleine crise sanitaire.

Depuis une semaine, Lecourrier-du-soir.com (média indépendant, uniquement financé par ses lecteurs) mène un travail d’investigation pour dévoiler au grand jour tous les scandales de corruption dans lesquels les géants pharmaceutiques sont impliqués. Ainsi, après avoir récemment fait une révélation sur Pfizer et Novartis, notre média apprend qu’en 2020, en pleine pandémie, le laboratoire Gilead a été condamné à une lourde amende de 97 millions de dollars par la justice américaine pour corruption.

D’après l’agence de presse Reuters qui a relayé l’information, la justice américaine reproche au laboratoire américain d’avoir utilisé une fondation caritative qui n’a jamais existé d’ailleurs pour payer, illégalement, la portion normalement acquittée par les malades pour un de ses médicaments. Par cette ruse, le laboratoire américain cherchait à gonfler les ventes de son médicament contre l’hypertension artérielle pulmonaire Letairis.

Hélas, il a été pris la main dans le pot de confiture par la justice américaine qui a confirmé la condamnation dans un communiqué daté du 23 septembre 2020 et lu par Lecourrier-du-soir.com. Poursuivi par la justice américaine pour fraude, Gilead acceptera de payer 97 millions de dollars pour clore le dossier.

Une attitude saluée par la justice américaine qui promet d’être ferme dans sa lutte contre la corruption des géants pharmaceutiques. “Le règlement de cette affaire confirme l’engagement du gouvernement à tenir pour responsable les entreprises qui versent des pots-de-vin, soit directement ou travers un tiers”, précise le communiqué.

Il convient de rappeler que Gilead n’est pas le seul géant pharmaceutique américain à être condamné pour corruption en pleine pandémie. En effet, en 2020, le laboratoire suisse Novartis avait également été condamné à une amende de 678 millions de dollars pour avoir corrompu des médecins.

L’information avait été relayée par la justice américaine dans un communiqué intégralement lu par Lecourrier-du-soir.com. Dans ledit communiqué, la justice de New-York accuse Novartis d’avoir organisé, pendant des années, des “Speaker Programs”, c’est-à-dire des événements organisés dans des lieux chics et durant lesquels des médecins et experts sanitaires corrompus à coup de plusieurs millions de dollars viennent faire la publicité d’un médicament en ne soulignant que ses bienfaits chez les patients.

Reconnu coupable, le laboratoire suisse a ainsi été condamné à une amende de 678 millions de dollars. De cette somme, 591 442 dollars seront versés à l’Etat américain en guise de dommages et intérêts en vertu de la loi False Claims Act. Le laboratoire suisse a accepté de signer le Corporate Agreement Act (CIA) pour mener des réformes approfondies quant à son fonctionnement. Novartis s’engage également à réduire considérablement les montants alloués à ces événements.

Lecourrier-du-soir.com continue son honnête travail d’investigation et promet de vous tenir informé lorsqu’un autre scandale (tu par les médias de masse) éclatera.