Coup de théâtre : le négociateur ukrainien, Denis Kireev, vient d’être assassiné par les néonazis ukrainiens

Denis Kireev, l’un des représentants néo-nazis ukrainiens qui avaient pris part aux pourparlers de paix entre la Russie et l’Ukraine en Biélorusse, a été retrouvé mort en pleine rue. Plusieurs sources concordantes confirment qu’il a été abattu par les services secrets ukrainiens qui l’accusent d’espionnage au profit de Moscou

Et si Vladimir Poutine avait raison? Rappelons que ce 24 février, en déclenchant l’opération militaire dans le Donbass, le président russe disait vouloir “démilitariser et dénazifier” l’Ukraine. Pourtant, quelques jours seulement après cette déclaration qui avait suscité un vif tollé en Occident, un haut responsable politique vient d’être froidement assassiné.

L’homme politique en question n’est autre que Denis Kireev, l’un des négociateurs dépêché en Biélorussie pour participer aux pourparlers avec la Russie. D’après plusieurs sources fiables consultées par Lecourrier-du-soir.com, la mort de Kireev a été confirmée par le gouvernement ukrainien après que son corps a été retrouvé en pleine rue.

Ainsi, à en croire le média australien, 7news.com.au, la mort de Denis Kireev a été confirmée par le ministre ukrainien de la Défense qui a également confirmé la mort de trois autres membres de la délégation. Toujours selon la même source, Kireev a été tué pour haute trahison.

Cette information a également été confirmée par le média Interfax Ukraine qui révèle (sans citer son nom) : “le SBU (Service Secret Ukrainien) a abattu Kireev, membre de la délégation ukrainienne qui était soupçonné de trahison”. Interfax Ukraine dit tenir son information de Oleksiy Honcharenko, député au parlement ukrainien.

Ces dernières heures, la mort de Kireev a été confirmée par le média Nexta qui se vante d’être le plus grand média d’Europe de l’Est. Ainsi, dans un twitte posté sur son compte officiel suivi par plus de 800 000 abonnés, Nexta, en citant ses sources, indique que le négociateur ukrainien a été tué pour avoir espionné en faveur de la Russie.