Coup de théâtre : les Etats-Unis désavouent Zelensky et refusent d’interdire les Russes d’entrer aux USA

En marge d’un point de presse, un porte-parole de la Maison Blanche a annoncé que les Etats-Unis refusent catégoriquement d’interdire l’entrée sur leur sol aux citoyens russes, préférant uniquement cibler les proches de Poutine 

Zelenski encaisse un coup dur. Alors qu’en Europe, plusieurs pays de l’Est ont favorablement répondu à la demande du président ukrainien d’interdire l’accès sur le sol européen aux citoyens russes, aux Etats-Unis, l’administration Biden s’y oppose fermement, suivant ainsi les pays de l’Allemagne, de l’Espagne et du Portugal.

C’est du moins l’information que Lecourrier-du-soir.com a obtenue ce 24 août de l’agence de presse Reuters. En effet, d’après cette source, la décision du gouvernement américain a été annoncée par un porte-parole du Département d’Etat qui affirme que des restrictions de visa ont déjà été mises en places à l’encontre de quelques personnalités politiques russes.

Pour sa part, Washington préfère adopter la mesure allemande qui consiste à refuser le visa d’entrer sur son sol à des personnalités proches de Vladimir Poutine. “Les Etats-Unis ne souhaiteraient pas fermer ses portes aux réfugiés et dissidents russes ainsi qu’à d’autres groupes vulnérables aux violations des droits de l’homme”, a martelé le porte-parole lors d’un point de presse.

Et d’ajouter : “pour nous, il a été très clair qu’il fallait faire la différence entre les actions menées par le gouvernement russe et ses décisions politiques concernant l’Ukraine et le peuple russe”. Il convient de rappeler que cette stratégie est celle adoptée en Espagne par le gouvernement socialiste dirigé par Pedro Sanchez qui estime que le fait d’interdire l’accès sur son sol à des oligarques proches de Poutine suffit déjà comme sanctions.

Pour rappel, l’Allemagne a été le premier pays en Europe à avoir ouvertement affiché son désaccord quant à la décision de Zelensky d’interdire que les Russes (touristes, étudiants, hommes d’affaires ou autres) puissent fouler le sol européen en guise de sanction à l’invasion ukrainienne.

En déplacement à Oslo, en Norvège, le chancelier allemand, Olaf Scholz, avait été très clair sur ce sujet.  “Ceci n’est pas la guerre du peuple russe. C’est la guerre de Poutine et nous devons être clairs sur ce sujet”, a-t-il déclaré. Le chancelier allemand avait également tenu à faire remarquer que plusieurs citoyens russes sont en train de fuir la Russie car n’étant pas en phase avec la politique du régime en place.

Pendant ce temps, le sujet est déjà sur la table mais pourrait déclencher une nouvelle crise politique au sein de l’UE où certains estiment qu’interdire les Russes d’entrer en Europe est une bonne décision. En Europe de l’Est, l’adhésion à cette proposition de Zelensky est massive. Ainsi, l’Estonie, la Lettonie et la Pologne ont ouvertement annoncé qu’ils interdiront les citoyens russes d’entrer dans leur pays. Et ce, quel qu’en soit le motif.