Coup de théâtre : menacée par Poutine, l’UE capitule et accepte que l’Italie et l’Allemagne payent leur gaz en roubles

L’Union Européenne accepte finalement que l’Italie et l’Allemagne achètent du gaz russe en roubles, une démarche jusqu’ici considérée par Bruxelles comme une infraction à ses règles

La Russie de Poutine est-elle en train de gagner la guerre en Ukraine? Alors que le rouble vient d’atteindre son plus élevé niveau depuis 2015, la décision de Vladimir Poutine d’imposer le paiement de son gaz dans sa devise nationale pourrait empêcher une défaite économique de la Russie. Car, l’Europe qui avait catégoriquement refusé de s’y soumettre a finalement changé d’avis, à son corps défendant.

En effet, d’après l’agence de presse Reuters, l’Allemagne et l’Italie ont finalement accepté de payer en roubles. Si l’on en croit les informations obtenues par Reuters, les deux géants économiques européens ont obtenu l’aval de Bruxelles qui, jusqu’à tout récemment, considérait tout paiement du gaz russe en roubles comme une infraction.

L’information a été confirmée par plusieurs sources, dont The Statesman qui a révélé, ce 13 mai, que Rome ne s’oppose à plus à l’idée d’acheter du gaz russe en roubles. D’ailleurs, en Italie, comme l’ont rapporté plusieurs sources ces derniers jours, l’ENI, le plus grand fournisseur d’énergie du pays, a annoncé avoir ouvert un compte pour procéder au paiement en rouble.

La nouvelle est d’autant plus dure pour l’UE que plusieurs autres pays ont accepté de payer en roubles. C’est du moins la révélation faite par le média américain Bloomberg qui nous a appris, il y a une semaine, que des dizaines de compagnies occidentales vont acheter du gaz en roubles.

Et les conséquences commencent à se faire sentir. Car, après avoir refusé de livrer du gaz russe à la Bulgarie qui refuse de payer en roubles, la Russie de Poutine a également annoncé qu’elle cesse de livrer du gaz à la Finlande qui, elle aussi, refuse d’accepter les conditions imposées par Moscou.

Réagissant au cas finlandais, Dmitry Peskov, porte-parole du Kremlin, a été très clair ce 20 mai : “nous ne disposons d’informations sur tous les pays avec qui Gazprom a signé des contrats. Ceci ne ressort pas de notre autorité. Gazprom devrait être contacté afin d’obtenir plus de détails bien sûr. Mais, la Russie ne fournira pas de gaz gratuitement à personne”, a-t-il précisé.

Pour rappel, la décision de payer en roubles a été imposée par Vladimir Poutine début avril. “Si ces paiements ne sont pas effectués en roubles, nous considérerons que l’acheteur n’a pas honoré ses engagements”, avait-il déclaré. Poutine ne s’était pas arrêté. Il avait signé un décret pour entériner une décision politique en pleine guerre contre l’Occident.

SHARE
Cheikh Tidiane DIENG est fondateur et rédacteur en chef du site www.lecourrier-du-soir.com. Diplômé en Médias Internationaux à Paris, en Langues et Marché des Médias Européens à Dijon et en Langues étrangères (anglais et espagnol) au Sénégal, ce passionné de journalisme intervient dans des domaines aussi divers que la politique internationale, l’économie, le sport, la culture entre autres. Il est aussi auteur du livre : "Covid-19 ; le monde d'après sera une dictature". Contact : cheikhdieng05@gmail.com