Coup de tonnerre : le député qui avait refusé d’être remplacé par Manuel Valls vient d’être exclu de LREM

Stéphane Vojetta, député LREM des Français de l’extérieur (Espagne, Portugal, Andorre et Monaco), vient de confirmer ce 17 mai son exclusion du parti présidentiel. Il avait refusé de céder sa place à Manuel Valls, investi à ce poste par les instances du parti

A quelques semaines d’une élection législative cruciale pour Emmanuel Macron, le parti présidentiel compte se débarrasser des candidats dissidents. Et pour cause! Il y a quelques jours, notre média, en se basant sur une info exclusive de BFMTV, révélait l’existence d’une charte que la majorité a fait signer à ses députés les obligeant à soutenir tous les engagements de Macron et ainsi éviter toute dissidence.

Et le parti n’hésite plus désormais à faire le ménage. Car, moins d’une semaine après la révélation de ladite charte, les premières sanctions sont tombées. En effet, d’après les informations obtenues par Guillaume Daret, journaliste Service Public France Tele, une dizaine de dissidents LREM ont été exclus par le bureau exécutif. Parmi eux, figure Stéphane Vojetta, député des Français de l’extérieur qui avait refusé d’être remplacé par Manuel Valls.

INFO #Législatives // Une dizaine de dissidents LREM ont été exclus hier par le bureau exécutif indique un dirigeant. Parmi eux, Stéphane Vojetta, député sortant à nouveau candidat alors que c’est @manuelvalls qui est investi dans la 5e circonscription des Français de l’étranger”, a révélé Guillaume Daret ce 17 mai.

“Je suis exclu, ce n’est qu’une parenthèse”

Une information confirmée par le député Vojetta lui-même dans un post publié sur son compte Twitter officiel ce 17 mai. En effet, dans une vidéo postée sur son compte, le député sortant regrette avoir appris la nouvelle dans la presse, mais semble n’être pas surpris d’une telle décision.

“Bonjour à tous! Alors, j’apprends par la presse malheureusement, encore une fois, mon exclusion apparente de la République En Marche. C’était prévu. J’en avais parlé avec Stanislas Guerini le soir où il m’avait appelé pour m’annoncer ma non-investiture au profit de Manuel Valls”, a-t-il réagi.

Et de poursuivre : “c’était prévu car ce sont les règles. Je me plie aux règles de mon mouvement politique. Je suis exclu, ce n’est qu’une parenthèse. Je recevrai sans doute bientôt une lettre signée par quelqu’un qui est un ami et qui restera un ami. il n’y a rien de personnel. J’ai bien l’intention de rejoindre ma famille politique”.

Il convient de rappeler que Stéphane Vojetta n’a jamais digéré la décision du parti de le substituer par Manuel Valls et l’a ouvertement fait savoir dans une série de twittes largement relayés dans la presse ces derniers jours. Et sa rébellion avait commencé dès l’annonce de l’investiture de l’ex premier ministre.

““Député #5emecircoFdE, élu de terrain apprécié des électeurs, Français de l’Etranger enraciné, fidèle à mes engagements, j’ai toujours joué collectif. J’ai la ferme intention d’être candidat à ma propre succession & j’attends donc en confiance la décision d’investiture”, avait-il réagi.

“L’investiture de Valls va à l’encontre de mes valeurs”

Et dans une interview accordée au média Equinox, il disait s’être entretenu avec les plus hautes instances de la République En Marche qui lui avaient confirmé qu’aucune décision n’avait été prise. “Le processus d’investiture est encore ouvert. Les plus hautes instances de La République en Marche à Paris me confirment qu’aucune investiture n’a été arrêtée, ni communiquée à qui que ce soit”, disait-il.

Et ce 5 mai, Vojetta est allé plus loin, défiant ouvertement Valls dans un communiqué. “L’investiture de M. Valls dans la circonscription dont je suis député #LAREM va à l’encontre de mes valeurs. Je serai donc candidat à ma propre succession, mais toujours en soutien de @EmmanuelMacron. Bonne chance aux autres candidats investis”, pouvait-on lire.

Dans le même communiqué, Vojetta tacle Valls sans le nommer. “Je serai donc candidat aux élections législatives dans cette circonscription, afin de poursuivre les nombreuses actions que j’ai initiées en tant que député. Mais aussi car les Français de la circonscription méritent d’être représentés par une personne pour qui la fidélité, la proximité et la parole donnée ont une valeur”, poursuit-il.