Covid-19 et 67 000 morts en France : un 3ème confinement total semble inévitable et l’Elysée s’y prépare

L’hypothèse d’un troisième reconfinement en France n’a jamais été aussi proche de se réaliser. En effet, une semaine après le reconfinement de la Grande-Bretagne, de l’Ecosse et d’une partie de la Catalogne (en Espagne), la France pourrait, elle aussi, suivre le pas de ces trois pays face à la gravité de la situation.

Pour le moment, l’Exécutif se veut prudent et ne veut surtout pas plonger les citoyens dans la psychose au moment où le pays reste très divisé entre pro et anti-vaccins. Conscient du danger d’annoncer une telle décision en ces temps de crise, l’Elysée étoffe sa communication et joue la carte de la prudence.

« On a montré depuis le début de cette crise qu’on avait un suivi au jour le jour et qu’on prenait toujours les mesures nécessaires à la protection des Français », a d’ailleurs déclaré Gabriel Attal ce lundi sur l’antenne d’Europe 1. Et d’ajouter : « à ce stade, il n’y a pas de reconfinement prévu mais on suit évidemment la situation avec attention ».

Les propos de Gabriel contrastent pourtant avec ceux d’Olivier Véran, actuel ministre de la Santé qui, il y a 24 heures sur Europe 1, a préparé psychologiquement les Français à une éventuelle fermeture totale du pays. En effet, interrogé sur l’éventualité d’un troisième confinement, sa réponse a été sans ambages : “on ne s’interdit rien”.

L’hypothèse d’un troisième confinement est d’autant plus crédible que les indicateurs sont presque tous dans le rouge. En effet, la France vient de franchir ce 10 janvier la barre des 67 000 morts. Ce dimanche 10 janvier, le pays a enregistré 15 944 cas supplémentaires et ces dernières 24 heures, 151 nouveaux décès sont comptabilisés.

Dans plusieurs départements de France, les cas connaissent une hausse exponentielle. Il y a trois jours, la Bourgogne a franchi la cote d’alerte des 200 cas pour 100 000 habitants. En Bretagne, il y a trois jours, plus de 1 000 cas positifs ont été enregistrés en l’espace de deux jours. En Normandie, ce 8 janvier, la région comptait 133,9 cas positifs pour 100 000 habitants contre 117,6 le 5 janvier et ces dernières 24 heures, la région parisienne comptabilisait 2 744 morts, 743 malades du Coronavirus dont 124 en réanimation. Et la liste n’est pas exhaustive.

Si à cette situation, s’ajoute celle de la variante britannique détectée sur le territoire national (à Marseille plus précisément), cela fait beaucoup. Il n’y a donc aucun doute que la France est dans une situation presque pareille à celle de ses voisins qui ont reconfiné totalement.

Pendant ce temps, au plus haut sommet de l’Etat, tout est fin prêt pour reconfiner mais il ne faut surtout pas surprendre les Français, ce qui pourrait donner lieu à une nouvelle crise politique que l’Exécutif veut éviter à tout prix. Le scénario a donc été très clairement dessiné et trois acteurs doivent jouer leur rôle avant l’annonce de la décision qui pourrait tomber prochainement.

Castex doit continuer à préparer psychologiquement les Français en restreignant leurs déplacements (couvre-feu étendu dans plusieurs départements), Véran doit exposer subtilement la gravité de la situation aux Français sans les plonger dans la panique et Attal doit jouer la carte de la prudence.

Et les scientifiques pro-confinement doivent être en première ligne dans les médias pour alerter les Français et légitimer la décision du gouvernement de reconfiner le pays lorsqu’elle sera prise. D’ailleurs, ce 11 janvier, des scientifiques pro-confinement ont déjà commencé à préparer la population.

En effet, je dois signaler qu’une tribune publiée sur Le Monde ce 11 janvier intégralement lue par Lecourrier-du-soir.com et signée par 7 scientifiques de la Fondation PandemIA, exhorte l’Etat à reconfiner. “Il est à craindre que l’aggravation de l’actuelle vague impose mi-janvier un nouveau confinement, du fait, de nouveau, des graves pressions sur le système de santé. Le confinement strict et précoce est la meilleure arme contre la propagation virale, même s’il est de plus en plus mal vécu par la population”, préviennent-ils.

Au milieu de tout cela, le conseil scientifique tente d’éviter les erreurs de mars. Pour ce faire, Jean-François Delfraissy, son président, y va tout doucement tout en préparant les Français à un durcissement des mesures cette semaine. “Au milieu de la semaine prochaine, ça sera le moment peut-être de discuter de mesures plus lourdes pour éviter une expansion de l’épidémie”, avait-il déclaré sur France 2  mercredi 6 janvier, après avoir été interrogé sur un possible reconfinement.

Le confinement aurait déjà été acté comme l’affirment certains qui disent en avoir la confirmation. C’est le cas de Stéphane Manigold, président du groupe Eclore et porte-parole du collectif “Restons ouverts”. Lors de son passage sur CNews ce 10 janvier, il dit avoir des informations sûres que le confinement est déjà acté et sera annoncé par Emmanuel Macron ce 20 janvier.

Les prochains jours seront sans doute décisifs