Vie privée en danger : les Français antivaccins sont prévenus : leurs noms seront transmis aux médecins

Dans cette pandémie à Coronavirus, la vie privée risque de devenir l’une des premières victimes. Ainsi, moins d’une semaine après la révélation selon laquelle Doctolib a transmis des données privées de ses utilisateurs à Facebook et à Outbrain, c’est au tour du gouvernement français d’autoriser aux médecins traitants d’accéder à la liste des patients non vaccinés 

L’Etat français commence à mettre ses menaces à exécution. Il y a une semaine, le ministre français de la Santé, Olivier Véran, avait ouvertement menacé de recourir à la vaccination obligatoire pour les soignants des EHPAD. Désormais, ce sont clairement les anti-vaccins qui sont ciblés comme le confirme le ministre lui-même dans une interview accordée à France Info.

En effet, ce mardi, le ministre de la Santé a été interpellé sur la demande des médecins traitants d’avoir accès à la liste des patients non vaccinés. Sur cette question, sa position est sans ambages : “oui, ils l’auront”, confirme-t-il. Et d’ajouter : “je le souhaite ardemment. Je demande à Cnil (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés, ndlr) de me laisser la possibilité d’envoyer aux médecins généralistes la liste de leurs patients qui ont été vaccinés de manière à ce qu’ils puissent mobiliser ceux qui ne l’ont pas été”.

Il convient de souligner que ce n’est pas la première fois que le ministre de la Santé a dans sa ligne de mire les anti-vaccins. Dans les EHPAD, par exemple, il n’exclut pas de rendre la vaccination obligatoire aux soignants. “Je fais vraiment un appel solennel à nouveau aux soignants qui n’ont pas été vaccinés pour qu’ils franchissent ce cap. C’est important. Ils ne peuvent pas être moins vaccinés que la population générale”, avait-il martelé à la mi-juin lors de son passage sur le plateau de Bourdin Direct.

Et d’ajouter : “il y a 60% des adultes français qui ont déjà reçu une injection. Il y a moins de 60% des soignants qui travaillent en EHPAD. Ce n’est pas justifiable. Donc, j’appelle les employeurs, j’appelle également les salariés de ces EHPAD notamment à se faire vacciner. Nous y travaillons avec Brigitte Bourguignon et d’ici la fin de l’été, si ça ne devait pas s’améliorer, oui, nous nous poserions la question d’une obligation vaccinale pour ces publics particuliers”.

Ce mardi, il a fait savoir que les soignants ont jusqu’en septembre pour se faire vacciner.