Crise au Mali : Imam Dicko crache ses vérités : “la France ne m’aime pas parce que je suis Imam et ça leur fait peur”

L’Imam Mahmoud Dicko, l’un des plus célèbres dignitaires religieux au Mali et ex figure du mouvement M5-RFP, a tiré à boulets rouges sur la France dans une interview accordée au média The Africa Report et publiée ce 16 juin 2021

En pleine crise politico-sociale, les leaders de la révolte populaire de 2020 qui avait mené à la chute de l’ex président malien IBK (Ibrahim Boubakar Keita) s’attaquent la France. L’un d’eux, Imam Mahmoud Dicko, dans une interview accordée au média The Africa Report et intégralement lue par Lecourrier-du-soir.com, a sèchement recadré la France qu’il accuse de vouloir imposer sa vision des choses au Mali.

Commentant les propos d’Emmanuel Macron qui a récemment menacé de retirer ses troupes du Mali si la radicalisation des mouvements djihadistes dans ce pays ne s’arrête pas, Imam Dicko dira : “le président de la France a le droit de mener ses propres conclusions. Cependant, nous ne partageons pas son point de vue. Le Mali est un pays composé de 98% de musulmans, son islamisation est simplement un fait. Concernant la soi-disant islamisation qui serait en train de prendre forme (dans ce pays, ndlr), je crois qu’il fait une mauvaise lecture de la situation”.

“La France n’a pas le droit d’imposer ses solutions”

Sur la question relative à la résolution du conflit, Imam Dicko étrille la France. “Cela fait 8 ans que les forces françaises sont au Mali et pourtant, l’étau continue de se resserrer sur nous parce que le Mali a échoué à adopter une politique cohérente. Nous avons laissé ce conflit devenir celui de l’Occident contre les groupes armés alors qu’en réalité ce sont les Maliens qui en subissent les conséquences. Les peuples du Sahel n’ont pas compris que cette crise est la leur, que c’est leur combat et qu’il leur incombe de trouver des solutions de base. La France n’a pas le droit d’imposer ses solutions”, s’agace le dignitaire religieux.

Sur le refus de la France de voir les autorités maliennes négocier avec les djihadistes, la réaction du natif de Tombouctou est sans ambages. “Les Etats-Unis ont passé 20 ans en Afghanistan et pourtant, ils ont été contraints de s’asseoir autour d’une table pour négocier avec les Taliban. Pourquoi nous, les Maliens, nous ne devrions pas être autorités à négocier avec nos compatriotes afin de trouver des solutions?”, s’interroge-t-il.

“Je sais que la France ne m’aime pas”

Pour le très populaire chef religieux malien, c’est hors de question que la France impose son diktat à son pays. “Lorsqu’un pays souverain est assisté militairement par un pays allié, cela ne justifie pas le diktat de ce dernier. Le ton de la France déplaît souvent aux Maliens”, martèle-t-il.

Et l’Imam de poursuivre : “je sais que la France ne m’aime pas parce que je ne suis ni prêtre, ni cardinal, ni évêque. Je suis Imam et c’est ce mot qui fait peur à la France. Mais, ce ne sont pas les Imams qui ont pillé ce pays, qui ont dressé une communauté contre une autre et qui ont créé la mauvaise gouvernance. Ce sont les politiciens maliens qui ont détourné des milliards et qui ont mis ce pays à genoux, pas Imam Dicko. Je n’ai pas été premier ministre, ni ministre d’un quelconque gouvernement. Je ne suis responsable de rien de tout cela”.

Sur le soutien apporté à la Russie par une frange importante de la population malienne, la position du sexagénaire est claire et précise. “Le Mali doit résoudre ses propres problèmes. Ni la Russie, ni la France, ni les Etats-Unis”, insiste-t-il.

Pour lire l’interview dans sa version originale, cliquez ici : The Africa Report